Wednesday, February 22, 2017

L'ADN des postures de Yoga

Chaque posture de yoga possède son propre ADN.

Tout comme chaque être humain a son propre code génétique ce qui rend chaque individu différent et unique.

Nous pouvons "imiter" une posture mais nous ne pouvons la reproduire, la définir et décréter que c'est l'originale. La posture que nous ferons deviendra "notre original", notre exemplaire unique en revanche elle ne pourra pas être reproduite à l'identique.

Elle peut indiquer et conseiller des points de référencement mais nous ne pouvons déclarer que "notre" asana est une exclusivité. Il existe mille manières de faire Trikonasana.

Tout comme lors des défilés haute couture les modèles se ressemblent du fait de leur maquillage identique ce ne sont pas des hologrammes et nous pouvons remarquer que ce sont différents modèles qui apparaissent sur la scène. Un autre exemple qui parle à la gourmande que je suis je peux faire la différence entre deux religieuses au chocolat qui ont la même allure derrière la vitrine de la boulangerie mais je choisirai tout le temps celle qui sera la plus grosse.

On ne peut donc pas faire de déclaration (mea culpa) telle que "la distance entre les mains et les pieds pour la posture Adho Mukha Svanasana (chien tête en bas) doit être la même que la distance pendant Chaturanga Dandasana (le bâton), ceci afin de ne pas bouger les pieds sur le tapis"..... et bien non....

Chaque corps étant unique et différent.

Des bras plus longs peuvent effectivement permettre de ne pas bouger les mains tout en gardant les pieds au sol, en revanche à l'inverse il faudra réajuster les pieds pour permettre un bon ancrage dans le sol. Idéalement le pratiquant doit être confortable pendant sa pratique, il faut donc voir à ajuster la posture en fonction du corps et non pas en fonction de ce qu'il y a écrit dans le bouquin.

Les ajustements "parfaits et permanents" n'existent pas. Les corps évoluant au rythme des pratiques. Les ajustements ne se trouvent pas dans les livres de Yoga, en revanche ils donnent les grosses lignes de ce qui "doit" être fait mais ne sont pas garantis de convenir à tout le monde.

Certains professeurs vont passer du temps sur l'alignement des doigts de la main pour telle ou telle posture au détriment du corps en entier. J'ai vu des professeurs ajuster des élèves pour avoir la même distance entre les doigts de chaque main pour un "meilleur ancrage"...... peut être....

La seule et unique chose qui vous fera comprendre votre asana sera votre pratique personnelle.

Essayer d'imiter une posture c'est comme vouloir enfiler un costume trop petit ou trop grand. On le fait pour la forme même si elle n'est pas adaptée à notre pratique et à notre niveau mais simplement correct pour l'instant Instagram.

Une posture doit être être intégrée, imprimée dans notre corps, pas seulement au niveau des muscles mais aussi au niveau de la peau. Nous n'étirons pas que les muscles, la peau fait partie intégrante de notre corps, elle nous enveloppe.

Allonger la peau des aisselles ou essayer d'avoir la sensation d'allonger la peau des aisselles peut tout changer lors d'une posture où les épaules doivent être dégagées, on ne descendra pas seulement les omoplates le long de la colonne mais on partira le mouvement à partir du dessous des  bras. 

Étirer la peau du ventre à partir du nombril ou plus à partir du pubis peut nous permettre d'étirer complètement le torse pour une flexion avant sans écraser l'ouverture des hanches ou une flexion arrière sans comprimer le bas du dos.

"Défroisser" la peau du genou reste plus subtile que la contraction du quadriceps qui aura peut être tendance à le verrouiller.

Étirer la plante des pieds lors des postures debout favorisera l'arche naturelle de la voûte plantaire et permettra un meilleur ancrage dans le sol pour une plus grande flexibilité ou un meilleur étirement de l'arrière des jambes pour les postures au sol. Une personne aux pieds plats devra travailler beaucoup plus à partir du dessus du pied en rétractant les orteils pour créer une arche dans la voûte plantaire, la même posture debout sera donc différente tant au niveau du ressenti que du travail que du pratiquant.

Sentir la posture en nous et la vivre de l'intérieur rendra donc notre pratique unique et notre asana unique car il n'y pas deux êtres humains semblables.

D'où ma conclusion très personnelle, chaque posture, chaque asana, chaque pratique possède son propre ADN.

Saturday, February 11, 2017

Une question d'équilibre

Il est effectivement plus facile de tout plaquer quand nous n'avons pas construit de famille, par famille j'entends un mariage ou concubinage, des enfants et toutes les obligations qui vont avec.

J'ai lu un article de Janne Robinson que je vous mets ici en lien:


Cet article me parle et me fait aussi réagir. Elle a 27 ans et est poète, elle vit de son métier même si je n'ai pas encore compris exactement quel était son métier si ce n'est écrire sur un blog son ressenti personnel. Ce que nous faisons un peu tous dans le fond.

Il y a quelques années j'aurai effectivement approuvé l'article au complet, maintenant avec le recul je me demande mais qui sommes nous pour juger les autres et interpréter les choix de vie de chacun.

Nos choix de vie sont très personnels, si une personne se sent bien à barouder tout au long de sa vie et est parfaitement épanouie en se posant quelques temps ici et là sans responsabilité apparente c'est très bien mais cela peut aussi s'interpréter par une fuite en avant; même si la solitude peut être votre meilleur amie il est intéressant de noter que lorsque l'on croise sur son chemin ce genre de personne ils sont affables de raconter leurs expériences en attendant une réaction positive de votre part.

Il y a des personnes qui sont en couple depuis des années, ont des enfants et n'ont pas pour autant arrêté de réaliser leur rêve et de vivre pleinement épanoui dans leur vie, là je pense à Alexandre qui était à Mysore en Janvier dernier, yogi et surfeur, papa de 2 garçons et toujours très amoureux de sa femme. Une personne parfaitement équilibrée, très calme et serein prenant un jour à la fois et vivant pleinement sa vie de yogi, surfeur, papa et toutes les responsabilités qui suivent.

Si on ne sent pas heureux dans notre vie c'est qu'il y a un manque d'équilibre. Repartir de zéro peut être effectivement salvateur pour certains mais pour autant il ne faut pas dénigrer le passé. En revanche revoir ses priorités et apporter des changements dans notre vie peut être tout à fait possible car à n'importe quel moment de notre vie ont peut changer les choses si nous le voulons vraiment.

Faire table rase du passé est parfois plus synonyme d'une fuite en avant qui au final ne résolve pas grand chose. On arrive là où l'on souhaite être mais les blessures sont toujours là, du coup le travail à faire sera deux fois plus dense car ce n'est pas en changeant de cadre de vie ou de travail que l'on peut trouver le bonheur.

Le bonheur se trouve en nous et par l'acceptation de soi.

Il est beaucoup plus important de savoir qui l'on est et de gérer ce qui nous dérange profondément en nous plutôt que de tout garder, fermer la porte et espérer pour le mieux.

Je pense que notre première priorité serait de nous connaître et d'accepter tous nos côtés, nos bons comme nos mauvais. On ne peut pas être amour et bonne humeur 365 jours par an à moins de porter un masque.

Il y a des jours où tout ira de travers, où l'on sera de mauvaise humeur et durant lesquels des émotions négatives surgiront, au lieu de les mettre de côté il faut accepter ces moments et les faire passer pour ne pas les refouler. 

L'être humain n'a pas de visage lisse et paisible, nous ne sommes pas Buddha. L'être humain a un côté sombre tout comme la terre a plusieurs hémisphères, tout comme notre cerveau, tout comme nous avons deux côtés gauche et droit, tout comme le Yin et le Yang, le froid et le chaud, la nuit et le jour.

Picture from DeviantArt

Nous vivons dans un monde fait de contraire, homme versus femme, jeune versus vieux, gentillesse versus méchanceté.

Ce qui fonctionne pour quelqu'un ne peut devenir une généralité car nous sommes tous très différents.

Si vous n'êtes pas heureux dans votre vie alors au lieu de tout plaquer il faudrait d'abord revoir vos priorités et si au final vous arrivez à la conclusion qu'il faut faire des changements drastiques alors il faut effectivement foncer.

Nous sommes tous uniques, nous avons tous un ADN différent donc non on ne pourra pas ressembler à la petite jeune au corps parfait qui parade dans les magasines, quoique nous fassions on ne pourra pas être la nouvelle Kino car la place est déjà prise, on peut en revanche en devenir une pâle copie si tant est que ce soit un objectif.

Bien souvent on perçoit le monde qui nous entoure en fonction de ce que l'on ressent, un même paysage peut sembler magnifique à une personne alors qu'une autre le verra quelconque, tout dépendra de l'intensité avec lequel nous regardons le monde et comment nous gérons nos interactions avec l'environnement extérieur. Si vous vous réveillez de mauvais poil à Bora Bora vous ne verrez peut être pas la même chose que si vous êtes de bonne humeur. La pluie peut être très déprimante pour quelqu'un alors qu'elle peut être source de fou rire et de joie pour d'autres.

C'est toute l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. Encore une fois une question d'équilibre.