Wednesday, March 25, 2015

Etre loin de chez soi - meilleur moment pour une Introspection

A Goa je répète au moins 10 fois par jour "Sorry, I don't speak Russian". Voilà je voulais mettre ça en début de post car je ne voulais pas l'oublier....

Aujourd'hui j'ai nagé 1h30, la mer avait creusé une piscine naturelle sans vagues, c'était super. Le fait de nager me met dans un état méditatif, expire la tête dans l'eau 1, 2, 3 on sort la tête inspire. Je nageais à contre courant, c'était comme courir sur un tapis de course. C'était épuisant et en même temps relaxant.

En ce moment je suis bercée par une douce euphorie mêlée à de la crainte. Notre premier projet concret voit enfin le jour, l'Ashram se construit, je n'en reviens pas. Il est situé dans la nature, la ville la plus proche se trouve à 12 kilomètres et en Inde pour faire ne serait-ce qu'un kilomètre ça peut devenir vite une aventure.

Je suis entre le "youpi" et le "oh mais je suis parisienne, sont où les magasins? et le croissant le matin c'est pas possible? alors une baguette peut être?".... Moi qui j'encourage tout le temps les gens à sortir de leur bulle de confort pour le coup là je prends froid....

Alors ça y est, c'est vraiment ça que tu veux, vivre en Inde? dans la campagne? où il y a plus de probabilités de croiser des chèvres, des poules, des vaches et de mourir d'une noix de coco tombée d'un arbre que d'assister à la Gay Pride à Paris et se taper un petit verre de vin entre potes en bas de la Butte Montmartre.

Je l'ai déjà dit l'Inde est un pays très dépaysant, autant en Thaïlande on peut trouver ses points de repère assez vite autant en Inde tout change dès lors que l'on sort dans état pour aller dans un autre. A Kovalam les blancs sont des martiens, à Goa tout le monde s'en fout. Bangalore est une ville que je trouve super jolie alors que Chennai je la déteste. New Dehli est très déstabilisant alors que Mumbai me fait fuir en courant.

On côtoie la pauvreté au quotidien, en allant vers Sirsi nous avons traversé des villages que je n'avais jamais vus en vrai. A la télé on voit des reportages des gens qui vivent dans la misère et on se dit "oh la la, c'est quand même triste à notre époque" puis on change de chaine, ici c'est assez fréquent de voir des bidonvilles qui sont en fait des villages où tout à une organisation, une administration, une école, un hôpital. 

En immigrant une première fois pour le Canada je me trouvais forte, je me disais que quand même j'avais tout laissé derrière moi pour aller refaire ma vie dans ce pays. Puis je suis rentrée à Paris où j'ai encore tout laissé derrière moi pour refaire ma vie en France.

Avec le recul je me dis que ce sont de belles expériences mais qu'au final je ne risquais pas grand chose. Partir d'un pays civilisé et riche pour immigrer vers un autre pays civilisé et riche, si ce n'est l'accent québécois au Québec ou l'anglais dans la partie anglophone je n'ai absolument pris aucun risque.

En Inde on se retrouve un peu tout nu. Si je veux aller acheter une paire de jean il faut d'abord que je trouve le magasin qui en vend, donc sous entendu un magasin qui vend des vêtements occidentaux et ensuite il faut demander au rickshaw ou au taxi s'il sait comment s'y rendre.

Ou alors y aller en moto, mais de ce fait comme je ne conduis pas en Inde (je tiens quand même à ma vie), je suis obligée de demander à quelqu'un pour venir m'accompagner, du coup que je le veuille ou non je perds mon indépendance car je ne peux rien faire de moi-même sans en avoir au préalable parler avec quelqu'un.

Pour ouvrir un compte en banque cela a pris un peu plus de trois mois et comme je ne parle pas la langue et que le banquier avait un anglais assez limité, encore une fois il a fallut y aller en petit comité.

Toute la paperasse administrative doit se faire automatiquement avec un Indien car le système est tellement complexe et différent du notre que c'est impossible de le faire soi même.

Si je souhaite aller chez le dentiste ou j'ai besoin d'aller à l'hôpital, encore une fois il faut savoir où il se trouve, comment s'y rendre, y aller avec quelqu'un qui va forcément m'attendre à la sortie, donc je ne peux pas si j'ai envie prendre un café en terrasse par exemple, de toute manière ici ça ne se fait pas, il n'y pas de bistrot ou d'endroit particuliers pour aller prendre un café en terrasse et flâner dans les rues.

On ne peut pas flâner dans les rues car bien souvent il n'y pas de trottoirs, donc le problème est résolu.

En fait il faut apprendre le pays et essayer de le comprendre, parfois je me heurte à des murs et je m'énerve mais curieusement je ne m'énerve pas de la même manière que je pouvais le faire quand j'étais à Paris.

Et pourquoi donc?

Bien parce que OUI l'Inde est un pays pauvre mais en pleine expansion, je ne sais pas trop ce que cela veut dire ni où cela va nous mener mais l'Inde change doucement mais sûrement.

OUI l'Inde a définitivement un problème avec les femmes, non tous les indiens ne sont pas des violeurs, non les femmes ne se font pas violer à tous les coins de rue, mais par contre la femme indienne à part la cuisine, la belle mère et les enfants son univers est vraiment limité. Jamais on ne voit d'Indienne avec le backpack sur les épaules et voyager seule en Inde. Les seules femmes qui font ça sont nous, les occidentales.

OUI les femmes indiennes nous envient, les hommes ne le croient pas mais je peux vous assurer qu'elles aimeraient avoir ne serait ce que 10% de notre indépendance. NON elles n'en parlent pas à leurs maris qui ne pourraient pas comprendre de toute façon. Pour eux la famille c'est indispensable et essentiel à leur survie, ce qui en soit est bien mais d'un autre côté selon mon point de vue personnel c'est ce qui les empêchent d'avancer.

Il y a toujours un mariage d'un cousin situé à perpet', une nouvelle naissance, un anniversaire, bref tout le temps quelque chose qui fait qu'ils doivent partir pour raison familiale. En fait je trouve le concept assez égoïste, du fait qu'ils sont très familles si un jour ils disent "non je peux pas venir car j'ai du boulot" (je résume un peu là), la famille va se vexer et ça va créer un scandale. Donc en gros un Indien ne peut pas avoir sa propre vie et vivre ses propres rêves si la famille n'est pas incluse dans le lot. Personnellement je n'adhère pas.

OUI le Sari est très beau, non je n'en porterai pas, je trouve ça chiant.

OUI l'Inde est un pays merveilleux, je le trouve tout simplement magnifique, il me ramène à moi-même, à ce que je suis vraiment, il ne me pervertit pas, il m'améliore, chaque mois c'est comme recevoir une nouvelle mise à jour de moi-même. J'apprends tous les jours, je découvre tous les jours quelque chose. Je ne m'ennuie pas une seule seconde.

OUI j'aime toujours Paris, je l'apprécie d'autant plus que je sais que je n'y reste pas plus d'un ou deux mois - non je ne pourrais pas revenir vivre en France.

Est-ce que l'Inde est ma destination finale ? Non je ne le pense pas. 

Voilà c'était juste un petit résumé de mon introspection personnelle du jour.

Prenez soin de vous.

- Namaste -

Tuesday, March 17, 2015

FORMATION ASHANGA YOGA - MAI 2015, Mysore - Inde

FORMATION DE PROFESSEUR DE YOGA

ASHTANGA YOGA

Vous souhaitez devenir Professeur de Yoga ou tout simplement pratiquer de manière intensive le Yoga et comprendre sa philosophie?

Venez nous rejoindre pour une formation de Yoga, Ashtanga Yoga à Mysore.


Actuellement la construction de notre Ashram se poursuit, et c'est dans ce lieu magnifique que nous organisons nos formations de Yoga en Inde.


Tranquillité assurée. Nous sommes situés à 20 kilomètres de Mysore, au milieu de la nature. La rivière Cauvery passe à côté du shala, seulement le son de la nature et de l'eau est omni présente.

La journée commence à 5h30 avec la méditation et les techniques de Pranayama.

Il y a deux pratiques quotidiennes, celle du matin porte sur la Première Série de l'Ashtanga Yoga, celle de l'après-midi porte sur le Flow Vinyasa.

Ces deux pratiques différentes permettent à l'étudiant d'explorer les asanas de la seconde série. Aussi nous verrons des thématiques précises comme:

- Pratique pour les ouvertures de hanches,
- Renforcement abdominale par le biais des exercices Pilates,
- Pratique pour les flexions arrière,
- Pratique des équilibres.

Nous décortiquons plus de 70 asanas lors de l'ajustement des postures. Nous indiquons toutes les variations pour chaque asana, comment amener le Yoga accessible à tout le monde, comment donner un cours de yoga spécialement pour les débutants.

Le Yoga Prénatal est aussi abordé ainsi que le Yoga pour les maux de dos.





Chaque étudiant reçoit un manuel théorique et pratique. Les étudiants francophones peuvent aussi commander un manuel en français, par défaut le manuel en anglais sera donné.

Nous pratiquons les Kriyas Yoga tel que le Jalaneti.

Le coût de cette formation est de 1,400€ en hébergement simple avec tous les repas végétariens inclus dans le prix. Le transport de l'aéroport de Bangalore est aussi inclut dans le coût de la Formation.

Pour avoir plus d'information sur notre programme visiter nos sites web:



Vous pouvez aussi nous envoyer un email:


- Namaste -