Saturday, December 24, 2016

La peur du rejet

A chaque début de formation je mentionne le problème de l'ego. L'ego n'a pas sa place sur le tapis de yoga, inutile de regarder les autres pratiquants et de se comparer à eux "pourquoi je n'y arrive pas alors que les autres y arrivent?"

Et à chaque fois tout le monde me regarde sourit et acquiesce.

Accepter de redevenir étudiant et accepter un nouvel enseignement "mon professeur me dit de faire ça et vous me dites de le faire autrement"; "dans le livre c'est écrit comme ça et vous me dites autre chose". Vous avez  bien sur le droit de poser la question, toute question est bonne à prendre et utile pour avancer dans sa pratique, cependant il est important de comprendre que les réponses ne se trouvent pas dans les livres ou les manuels mais en nous. Chaque professeur est différent, des ajustements nouveaux compléteront votre savoir alors accueillez les nouvelles informations sans comparaison.

Lorsque l'on indique qu'il faut avoir une pratique régulière tout le monde pense pratiquer de manière régulière..... sauf que peut être pendant deux semaines vous n'avez pas le temps de pratiquer ou vous ne trouvez pas le temps de le faire, de ce fait on ne peut pas dire que la pratique est régulière.

Si vous décidez de suivre une formation de yoga vous devez être prêt physiquement, avoir de l'endurance et non pas forcément la flexibilité de se plier en quatre. Si vous êtes endurant alors votre esprit sera calme, l'endurance vient par la pratique régulière qui se devrait être de 6 fois par semaine et un jour de repos.

Vous pratiquez des asanas depuis 10 ans, donc vous pensez être régulier. En revanche est-ce que vous pouvez assurer que vous avez pratiqué pendant 10 ans quotidiennement? Un mois de repos et la régularité ne trouve plus sa définition.

L'ego ce n'est pas seulement avoir l'attitude de la personne qui sait tout et qui vient en formation juste pour affiner son savoir, l'ego se trouve lorsque l'on fait une posture pour laquelle nous ne sommes pas prêt mais nous ne voulons pas entendre qu'elle n'est pas pour le moment accessible, non on la fait quand même...... et on se blesse.... physiquement d'abord et mentalement ensuite.

L'ego est une carapace avec laquelle on se protège, on parle beaucoup mais les mots sont creux. 

L'ego est la peur du rejet. On a peur de ne pas être accepté avec nos faiblesses, nos failles. On veut rentrer dans le moule du parfait yogi car on veut avant tout devenir yogi.

On ne devient pas yogi en pratiquant des asanas, on devient yogi en pratiquant le yoga.

Les asanas sont la porte vers le yoga.

Une pratique aléatoire n'est qu'un exercice physique ce n'est pas du yoga.

Il faut accepter et comprendre que pratiquer des asanas avancés avec les deux pieds derrière la tête ne fait pas de nous des yogis.

Par une pratique régulière on commence à pratiquer la tolérance et la non violence, la discipline.

On commence à pratiquer les membres du yoga.

Par une pratique régulière le pranayama arrivera naturellement. Pourquoi parler de Bandhas dès le premier cours si la respiration ne suit pas?

Accepter que nous ne savons rien lorsque que l'on commence sur le chemin du yoga c'est accepter de  venir tout nu, sans préjugé, sans ego et sans la peur du regard des autres.

Le regard des autres ne vous fera pas avancer, il vous changera et vous forcera à entrer dans un moule qui ne vous convient pas.

Pourquoi vouloir être aimé des autres alors que vous ne savez pas qui vous êtes? Si on ne s'aime pas alors on ne peut rien donner aux autres. Et donner aux autres c'est le faire sans l'attente de recevoir un merci, c'est donner tout simplement que ce soit de son temps, de sa personne, de l'écoute ou tout entier.

Avant de penser à donner aux autres il faudrait d'abord pouvoir se connaître soi même, se supporter, accepter ses différences (si différence il y a, tout dépend de la définition donné au mot différence), ne pas avoir peur de se retrouver seul que ce soit chez soi ou au milieu d'une foule.

C'est écouter sa petite voix, son être tout entier, pourquoi prendre des raccourcis si l'on est pas prêt à se comprendre.

Vous avez lu les Upanishad et appris par coeur les Sutras de Patanjali, bravo, félicitations! Comment appliquez-vous votre savoir dans la vie de tous les jours? Est-ce que cela fait de vous un meilleur "yogi" qu'une autre personne qui ne les aura pas lus ou pas compris?

Si possible éviter d'étaler ce que l'on sait mieux que tout le monde pour au final faire un amalgame entre la religion et le Yoga - beaucoup le font et ils ont tort. Le Yoga n'est pas une religion, le Yoga n'impose rien. Il indique, consulte, oriente, propose mais surtout porte sur l'emphase de Soi. La religion impose, si l'on fait quelque chose de mal on va en Enfer, en revanche si on suit les principes de ladite religion alors on va au Paradis.

Combien de fois j'ai pu entendre "je ne souhaite pas chanter des kirtans ou de mantras car je ne suis pas religieux"..... lorsque vous leur répondez que le Yoga n'a pas de Dieu et n'est pas tiré de l’Hindouisme ces mêmes personnes vous répondront "oui je sais"..... il est clair qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent mais comme "ils savent" déjà tout ce que vous pourrez dire derrière ne changera rien. Ego en veux-tu en voilà!

La peur du rejet est grande chez l'être humain car il veut être aimé. C'est vrai que c'est très désagréable quand une personne ne vous aime pas et vous le fais savoir, si un temps soit peu on ne se trouve pas bien dans ses chaussures ça peut être très déstabilisant. En revanche si vous savez qui vous êtes, où vous êtes, pourquoi vous êtes ici, ce que vous faites ici et que vous le faite sans a priori et sans crainte du regard des autres alors aucun problème, car vous n'avez rien à prouver à personne.

Comme déjà dit et redit et répété le Yoga ce n'est pas une jolie posture postée sur Instagram, le Yoga c'est se comprendre d'abord, s'accepter, avoir un tant soi peu d'égoïsme pour s'occuper avant tout de soi afin de mieux comprendre les autres.

Tous nos malaises, nos craintes, le négatif "je ne peux pas le faire, je ne suis pas assez bon, je suis nul etc." vient de la peur du rejet. A contrario toutes les pensées "je connais tout, je suis bien meilleur que les autres, je n'apprends rien ici" indique clairement un mal être latent que l'on se refuse de voir. On parle fort pour que tout le monde nous entende - on rit plus fort que les autres - regarder je m'amuse, on veut être vu et aimer des autres. Parfois beaucoup de sourires sont faux, les yeux ne suivent pas, juste une grimace sur un visage.

La peur est notre plus grand ennemi. Notre plus grand ennemi est nous-même, en nous comparant aux autres, en voulant être meilleur que les autres. Profitez de ce que vous apporte une pratique des asanas sur le moment et écouter ce  que vous dit votre corps.

Les Asanas soignent le corps et il faut accepter les blocages au lieu de les repousser, quand le corps est soigné le mental est plus clair, la respiration est plus calme alors seulement on commence à pratiquer le Yoga.

- Namaste -

Saturday, December 3, 2016

La mauvaise réputation des Formations de Yoga sur 1 mois.....

Les commentaires sur certains forums et réseaux sociaux concernant les formations de Yoga de 200 Heures ou 300 Heures sur un mois ou un mois et demi deviennent vraiment pathétiques. Conversation stérile.

Tout le monde a suivi la meilleure formation de Yoga, tout le monde connaît le Yoga mieux que tout le monde. Et surtout ceux qui ont suivi une formation de 2 ans ou 4 ans sont des professeurs de Yoga accomplis versus une personne qui aura suivi une pauvre petite formation de 200 Heures sur ô sacrilège un mois.....

Ce sont les mêmes "supers professeurs" qui vont utiliser des termes compliqués pour expliquer par exemple une respiration histoire de montrer qu'ils savent alors qu'en fait ils ne savent pas grand chose....

La discrimination portée envers les formations de Yoga d'un mois est très forte, on ressent énormément de frustration de la part de ces intervenants.

Une formation sur deux ans se déroule sur des weekends ou alors sur des stages de 6 jours étalés tout au long de l'année.

Au total le même nombre d'heures est calculé.

Que se passe t'il le reste de l'année lorsque les étudiants ne sont pas en stage ou en week-end intensif? 

Une formation sur un mois se déroule sur 6 jours en continu, le 7ème jour est le congé le tout étalé sur quatre semaines. Une pratique quotidienne est donc indispensable.

Les partisans des formations de deux ans vous demanderont mais que se passe t'il après?

De même je me pose la question quand la formation se déroule sur des weekends une fois par mois ou une fois tous les trois mois avons-nous vraiment la garantie que les étudiants gardent une pratique régulière que ce soit en asana, pranayama, méditation?

Beaucoup de personnes enchaînent les formations intensives d'un mois et continuent de se former après. Or il apparaît que les gens qui ont fait une formation intellectuelle de Yoga sur deux ans ou quatre ans ne refont que très rarement une autre formation. Ils vous diront parce que la leur a été complète ;-) Ce à quoi je répondrai si elle a été si complète en quoi les formations d'un mois vous dérange? vous pratiquez  bien le Yoga non? Donc pas de discrimination, me trompe-je?

Personnellement j'ai fait les deux 2 ans avec Gérard Arnaud pour 500 Heures et ensuite 5 formation de 200 Heures sur un mois, je continue de me former, je m'en fiche de savoir si les écoles qui présentent un cursus d'une ou deux années sont meilleures que les écoles qui proposent un cursus d'un mois, l'important est de trouver son chemin.

Et aux vues des commentaires de certains professeurs de Yoga qui ont fait une formation dite longue je me dis qu'ils ont encore beaucoup de chemin à parcourir avant de pratiquer vraiment le Yoga.

- Namaste -

Saturday, November 19, 2016

Les maladies de l'âme, se soigner par le Yoga

On a tous notre petite valise de souffrances passées, notre petit polochon de chagrins que l'on croit oubliés, notre petite boîte pleine de rancœur et d'amertume pressurisés, nos doutes qui nous rongent et qui à la moindre erreur ressurgissent en un rien de temps, nos peurs qui nous empêchent d'avancer, le qu'en dira t'on qui nous rend muet, notre passé qui est encore très présent.

Tous ces maux sont enfermés en nous et se baladent gaiement dans notre système nerveux, nous procurant des nausées sur une ancienne peur que l'on croyait avoir matirisée depuis, une perte d'appétit sur une histoire d'amour pas vraiment terminée, un torticolis sur une dispute ancienne qui nous empêche de prendre une décision, des douleurs aux genoux sur une rancune familiale, une constipation sur quelque chose que l'on ne veut pas lâcher etc.

On oublie trop souvent que nos petits bobos, nos maladies viennent bien souvent de notre mental, si le mental n'est pas bon le physique ne sera pas bon. Les maladies de l'âme influent énormément sur notre bien être en général.

Il est intéressant de remarquer que la racine latine du mot "âme" est "anima" qui veut dire souffle, respiration. Il est tout aussi intéressant de remarquer que lorsque nous sommes confrontés à une situation délicate dite de stress le cœur s'emballe, les palpitations cardiaques courent au grand galop tandis que la respiration reste en apnée.

Pour calmer une crise de larmes, une crise d'angoisse, une situation de stress la première consigne est bien souvent de respirer, de reprendre le contrôle de la respiration.

Prendre le contrôle

Comment pouvons-nous avancer dans notre vie si nous n'en prenons pas le contrôle? 

De même pourquoi ne prendrions nous pas le contrôle de notre propre véhicule c'est-à-dire notre corps.

Lorsque nous sommes triste, stressé, déprimé notre corps se renferme, le dos s'arrondit, la cage thoracique se comprime, de ce fait les poumons ont moins de place pour évoluer à grande capacité ce qui rendra la respiration courte.

La pratique des Asanas

Lorsque l'on pratique des asanas avant de parler de yoga on parlera de mouvement. Les asanas sont la porte d'entrée du yoga. En revanche un asana ne restera qu'un exercice physique si la respiration ne l'accompagne pas.

Par exemple lors d'une Sun Salutation l'inspiration commence à partir du moment où les bras s'ouvrent, continue lorsque les bras montent vers le ciel et se termine dès lors que les paumes de main se touchent, l'expiration commencera dès le moment où les bras descendent de chaque côté, que le  corps s'allonge en avant et se terminera une fois que le torse sera en bas.... et il en va de même pour tous les mouvements.

On peut alors dire que l'inspiration et l'expiration s'allongent sur six temps. 

Or bien souvent l'inspiration est déjà terminée avant que les paumes de mains ne se touchent et la flexion avant se termine bien souvent en micro apnée.

Si nous maîtrisions notre souffle nous maîtriserions notre mouvement de ce fait notre corps, de ce fait notre mental, de ce fait notre système nerveux, de ce fait notre vie.

Les déclencheurs d'émotion

Lorsque nous sortons de notre zone de confort - la panique, la peur, l'appréhension, le stress.
C'est quoi sortir de sa zone de confort?

C'est sortir de ce que l'on a l'habitude de faire parce que c'est rassurant.
C'est prendre des décisions et se planter.
C'est se relever après s'être planté(e) sur la dernière décision.
C'est dire non quand c'est non.
C'est dire oui quand c'est oui et non pas pour faire plaisir à quelqu'un.
C'est savoir faire le tri des gens qui nous entourent. 
C'est s'accepter soi-même.
C'est se trouver formidable même après 10 décision foireuses qui n'ont abouties à rien.
C'est se trouver beau/belle même si on ne rentre pas dans les cases de magasine.
C'est comprendre que la société actuelle n'est pas notre vie.
C'est aller à contre courant et fi des qu'en dira t'on.
C'est l'acceptation de soi.
C'est ne pas avoir peur d'être seul(e) et apprécier des moments de solitude.
C'est ne pas être dépendant de l'aval des autres.
Liste non exhaustive.....

En quoi le Yoga peut aider?

Par la pratique des asanas l'attention est portée sur la respiration. Le mouvement est contrôlé par la respiration, le mental est apaisé par la respiration.

Si une flexion arrière se fait en apnée rien ne se passera si ce n'est des douleurs. Si nous respirons dans les flexions arrière c'est tout le système nerveux que nous réveillons, tout le devant du corps que nous ouvrons, toutes les petites émotions garées ici et là entre deux omoplates, entre deux cotes thoraciques se retrouvent soudainement mise à nue.

Il n'est pas rare de voir des étudiants rire et/ou pleureur pendant les ouvertures de hanches et les flexions avant.

Il faut laisser aller, se laisser aller, ne rien faire sans se forcer.






Respirer est quelque chose de fondamental, sans respiration pas de prana, sans prana pas d'énergie.


- Namaste -

Thursday, October 13, 2016

Le Yoga a changé ma vie..... et continue de me changer!

Quand j'ai fêté mes 35 ans je me trouvais trop vieille. Je me sentais vieille, je trouvai que mon parcours de vie était très chaotique. A la question qu'une amie me posait un soir où je rentrai de mes cours donnés "quelle est la pire chose qui pourrait t'arriver pour tes 40 ans?", j'ai répondu du tac au tac "me voir assise sur une balle et enseigner le Pilates Ball un mercredi soir dans la même salle".....

Non pas que je n'aimais pas ce que je faisais mais pour moi la perspective de faire la même chose tous les soirs pendant les 5 années à venir était très déprimante. J'avais ENCORE besoin de changement.

Le Yoga était déjà dans ma vie mais je ne l'enseignais que très peu, j'avais des créneaux très chargés en Pilates, des cours à domicile et mon but était de baisser mes heures de cours pour ne travailler que 3 ou 4 fois par semaine. Je gagnais bien ma vie avec le Pilates et je ne voulais pas me rajouter des cours.

Sept ans après je n'enseigne plus du tout le Pilates, je ne vis même plus en France, je n'enseigne même plus dans les studios.

Je vis Yoga et je pratique sous la bienveillance de Sharat Jois à Mysore.

Et je me sens toute nue......

A 42 ans je pensais que j'avais déjà pas mal tiré ma barque et qu'un peu d'apaisement viendrait m'effleurer. En fait pas du tout. Le calvaire !!!

Tous les matins je me retrouve entourée d'une soixantaine de Yogis et Yoginis, tous pratiquants de la Première et Deuxième Série de l'Ashtanga Yoga, les voir évoluer est impressionnant et à chaque fois que j'attends mon tour pour aller poser mon tapis dans le shala je me sens tout simplement comme une merde.... et tous les matins je me demande mais qu'est ce que je fous là!!!??

Puis au final ça se passe très bien, je reçois de très  beaux ajustements, mon corps se délie un peu plus en bretzel style, je twiste tout ce qu'il faut tourner, j'attrape tout ce qu'il faut attraper, je lève la jambe de plus en plus haut..... et ma pratique s'arrête à Supta Kurmasana car mes jambes, mes pieds, mes genoux ne peuvent rencontrer ma tête..... et je me demande si un jour ça va arriver, si je ne suis pas trop vieille, si j'ai peut être besoin d'une liposuccion car probablement que la graisse de mes fesses m'empêche de mettre mes genoux au niveau de mes épaules, peut être que si je me faisais greffer des bras plus longs je pourrai mieux attraper mon poignet et sauter en Chaturanga Dandasana sans que mes fesses ne touchent le tapis (liposuccion!!!).

Avant d'entreprendre, de me dédier complètement à l'Ashtanga je trouvais que les Ashtangis étaient arrogants, qu'ils frimaient car ils pouvaient poster sur FB une photo d'eux avec Sharat. Puis maintenant que je pratique avec Sharat je m'aperçois que ce n'est pas du tout un booster d'ego.

Sharat s'en contre fiche de savoir si vous faites un Vinyasa à pied joint ou en rasant le sol, savoir si vous mettez les pieds derrière la tête, lors d'une conférence la semaine dernière il a dit "do not come here for showing off, do not jump back and jump trough with a handstand, come here to become a student as a student". De ce fait je ne sens pas d'arrogance du tout de la part des pratiquants mais je ressens une dédication sincère, une totale dévotion à la pratique, un respect total de la tradition.

Et ça me touche. Je ne suis pas religieuse, je ne pratique et ne suis aucun mouvement religieux, je suis ce que l'on peut appeler "athéiste" mais je crois profondément en une source universelle, Mère Nature par exemple. Par contre je n'ai pas de Dieu en particuliers, je ne suis d'aucun culte.

C'est incroyable de voir que de partout dans le monde des yogis viennent pratiquer un système créé par Sri Pattabhi Jois, que des gens se bousculent pour avoir une place dans le shala, pratiquer tapis contre tapis, dans une chaleur incroyable, une classe qui n'est même pas guidée !!! Incroyable tout de même quand on y pense, qui à part Jois peut se "vanter" de ça? Je défie qui que ce soit de mettre 20 personnes dans 20 m2, tout le monde râlera "oh je ne peux pas ouvrir mes bras, j'ai les pieds de mon voisin dans la figure".

Ici à Mysore ce n'est pas 20m2 il est vrai peut être 80 m2 mais pour plus de 60 personnes à la fois. Et une fois qu'une place se vide une autre vient prendre la place et personne ne se plaint tout le monde trouve ça très normal et tout le monde est content de pratiquer ainsi.

Si Sharat dit stop, vous arrêtez votre pratique. Si Sharat vous demande "who told you, teach you this asana? Did I tell you to do it? No? then stop" alors vous arrêtez votre pratique, vous ne discutez pas, point et personne ne viendra cogner à la porte de son bureau pour lui demander des explications.

Et en même temps c'est quelqu'un de très simple qui vous donnera des ajustements magnifiques.

En ce moment j'ai vraiment l'impression de pratiquer le Yoga car en plus des asanas j'apprends l'humilité. J'apprends aussi à faire la paix avec moi même sur mon tapis de yoga, je respire mieux et je passe plus de temps à pratiquer les pranayamas.

Je vais continuer de pratiquer avec Sharat, j'ai "signé" si je puis dire jusqu'en décembre. Ensuite l'année prochaine au mois d'octobre je repars pour trois mois de pratique avec lui.

Par cette pratique j'entame le plus gros travail sur moi-même. L'acceptation mais aussi ma légitimité à enseigner. En fait secrètement au fond de moi j'aimerai me "retirer" et partir sur les routes juste pour pratiquer et découvrir le Yoga. Je ne sais pas si un jour le ferai mais cette idée germe en moi........

- Namaste -

Wednesday, September 7, 2016

Ne pas avoir peur du changement

Cela va faire maintenant un mois et demi que j'ai quitté l'Inde et que je suis en Europe. La semaine prochaine je pars à New York et je retourne en Inde à Mysore début Octobre.

C'est la première fois depuis trois ans que l'Inde ne me manque pas.

Dois-je considérer ce fait comme un signal non pas d'alarme mais qu'un changement est nécessaire?

Je me rends compte à quel point j'ai de la chance d'être Française ET Canadienne, je peux voyager partout sans me prendre la tête mais le plus important j'ai énormément de chance d'être une femme née en Europe. On ne se rend pas compte de la liberté que nous avons en Europe et dans l'Ouest, pour nous elle est acquise c'est normal mais depuis l'Inde je me considère comme très chanceuse.

Se balader en robe légère et sandales sans se soucier du regard des autres, est une chose très banale en Europe, en Inde est une chose impossible.

Siena - Italy, September 2016

Circuler dans des trains, des bus propres, voir des paysages propres, jeter ses papiers dans des poubelles, s'asseoir à une table propre, aller dans des toilettes avec de l'eau courante propre, boire de l'eau du robinet, ne pas voir des déchets partout et circuler librement en ville mais quel luxe suprême.

Rakesh m'a demandé alors qu'il était à Paris "mais alors il n'y a pas de wagon particulier pour les femmes dans le métro?". Et non il n'y en a pas, car même si les hommes ont des gros défauts partout dans le monde ils sont en général civilisés et on peut quand même se balader dans les rues parisiennes tard la nuit sans se faire agresser.

Circuler en voiture, en moto de manière sécuritaire, ne pas entendre les klaxons à tout va qui arrachent les oreilles, ne pas sentir agressée par les regards des hommes, ne pas se faire marcher dessus en faisant la queue pour payer les courses.

Mon regard sur l'Inde a changé, des débuts où je trouvais tout charmant, les commerçants faisant leur petite prière dans leur petit autel dédié à Shiva ou Ganesha, brûlant de l'encens devant leur boutique, qui accordent un crédit jusqu'à demain matin, qui font des gros sourires, aux femmes que je trouvais mystérieuses et toujours courageuses, à la "spiritualité" ambiante de l'Inde, aux animaux qui circulent partout dans les rues, où l'on se sent vraiment vivant car ici on prend conscience de la vie et de la mort assez vite, aux magnifiques coucher de soleil dans un train en direction de Chennai etc. De très bons moments, des très grands souvenirs, des émotions fortes.... puis au final pour trouver une certaine hypocrisie à la "spiritualité" que les occidentaux recherchent et croient trouver dans ce pays, la plupart des indiens ne pratiquant pas du tout le Yoga (et je ne parle pas des asanas), ils s'épient, se jalousent, abandonnent leurs animaux, la femme soit disant pilier de la famille reste cloîtrée chez elle etc, etc, etc....

J'ai à nouveau soif de liberté, je suis profondément européenne et je ne pourrai pas me plier dans un moule qui ne me correspond pas. L'Inde probablement à petite dose mais plus pour y vivre de manière permanente. L'année 2017 sera une année de changement, pour le moment je continue notre voyage en Italie où Venise hypnotise.

Je suis en mode "Santosha".

- Namaste -

Sunday, August 28, 2016

Faut-il former tout le monde à l'enseignement des Asanas?

Même des débutants ?
Même des personnes qui ne sont pas du tout souples ?
Même des pratiquants qui comptent leur expérience en nombre d'années mais pas en pratique régulière ?
Même les plus introvertis ?

Ou alors faut-il sectoriser les formations de Yoga et ne former que les pratiquants avancés, souples, extravertis ?

Faut il créer une élite du Yoga ?

Le Yoga doit être enseigné à tout le monde quelque soit sa condition, son origine, ses valeurs, sa situation personnelle, tant que la motivation d'apprendre est là en tant que professeur votre but est d'amener cette personne sur le tapis de Yoga en premier lieu.

Si pour suivre une formation de Yoga on doit avoir déjà une expérience de l'enseignement et la souplesse à son actif alors nous passerons à côté de très jolis pépites.

Une personne un peu gauche sur son tapis, ne sachant pas très bien ce qu'elle doit faire au moment des inspirations et expirations, ne comprenant pas encore comment son corps bouge et peut bouger, une personne à qui l'on ne donne pas l'occasion de s'exprimer dans la vie de tous les jours, une personne sous-estimée, mal dans sa peau mais qui souhaite quand même suivre l'enseignement du Yoga doit être abordée avec respect et gratitude.

Parce qu'avant tout elle fait la démarche de se diriger vers le Yoga alors que tout pourrait porter à croire que ce chemin n'est définitivement pas pour elle versus quelqu'un d'autre qui est déjà bien dans ses baskets, extraverti et connaissant toutes les postures.

S'il y avait des "tests" avant de suivre une formation de Yoga, si on ne jugeait qu'à l'apparence et à la tenue physique (non pas vestimentaire) sur le tapis de Yoga alors on passerait à côté de petits diamants qui ne demandent qu'à être remarqués, polis, taillés et façonnés de manière souple car l'enseignement ne doit pas être rigide.

Je pense que tout le monde a maintenant compris et assimilé qu'une formation de 200 Heures n'est pas assez pour former un professeur, mais ce sont durant ces formations que l'on découvre qui on est et surtout ce que l'on peut faire.

Il faut donner l'occasion aux personnes de s'exprimer et surtout de croire en eux, c'est un problème très courant dans le monde actuel, les gens n'ont pas la foi en eux, ils ne pensent pas qu'ils peuvent arriver là où ils veulent, certains se referment complètement et décident de suivre le chemin le plus facile, celui où tout le monde est assimilé dans le train train quotidien. Parfois ils se réveillent et se disent "mais en fait j'aimerai bien faire ça" et parfois les gens qui les entourent les ramènent dans "le droit chemin", avec leurs idées reçues.

Nous devrions tous être capable de prendre notre vie en main.

J'ai lu un article d'une femme qui écrivait à un journal en expliquant qu'elle ne s'entendait pas avec sa belle-soeur car elle était divorcée et avait un enfant à charge, elle ne rentrait pas dans son monde de femme mariée allant à la messe tous les dimanches.  Je vous recommande de le lire et surtout de lire la réponse du journal:



L'être humain a façonné le monde avec des "sections". Ceux qui réussissent et ceux qui échouent. Ceux qui sont dans le système et les marginaux. De ce fait nos comportements agissent en corrélation avec ces sections, d'ambitieux à égocentrique on passe à l'introversion la plus totale voir le sous estime personnel. Il y a ceux qui vous poussent vers le bas et ceux qui vous tirent et poussent vers le haut.

En règle générale si quand vous avez une idée et que les gens vous répondent "oh mais non ce n'est pas possible" alors allez-y foncer....... Bien évidemment si vous souhaitez sauter sans parachute pour tester la gravité et voir si vous rebondirez sans rien de cassé là je vous assure que ce n'est pas possible, vous pourrez en effet confirmer que la gravité vous amènera vers le bas mais que malheureusement vous ne rebondirez pas...

En revanche si vous souhaitez devenir maître de votre vie et prendre un nouveau chemin qui a priori peut vous sembler farfelu alors là aucune restriction. Vous prendrez peut être quelques murs au passage (j'adore les murs!), quelques bobos seront peut être à déplorer mais la plupart du temps cela vous permettra de faire demi tour et de reconsidérer le chemin pour en prendre un autre.

Ciao Italia!

- Namaste



Sunday, July 24, 2016

Le "Yoga" le plus populaire - Vinyasa Flow

Vinyasa Flow ou Flow Vinyasa est le style le plus pratiqué en Occident. En Inde il est encore très rare, si ce n'est popularisé par des professeurs occidentaux.

Le Vinayasa Flow ou Flow Vinyasa c'est quoi?

Des postures enchaînées les unes aux autres. Au lieu d'un cours plus traditionnel où la posture de base sera Tadasana pour les postures debout et Dandasana pour les postures au sol, dans le Vinyasa Flow on va enchaîner les postures, on peut passer de Trikonasana à Virabhadrasna II, puis le fameux reverse warrior (qui n'existe pas traditionnellement créé par les occidentaux), pour passer à Ardha Chandrasana, puis Virabhadrasana III etc....

Très beau à voir, très occidentalisé.

On se retrouve donc à enchaîner parfois jusqu'à 5 ou 6 asanas sur un même côté avant de faire l'autre côté du corps.

Il n'y a donc pas de balance en tant que tel.

Je l'ai pratiqué et enseigné pendant 5 ans. Jusqu'à ce que je comprenne l'importance de Tadasana et Dandasana.

Comprendre les postures et pourquoi on les fait

Avant de se lancer dans la création d'un "Flow" on devrait avant tout comprendre pourquoi on met telle posture connectée à telle posture.

L'écart de Trikonasana à Virabhadrasana II n'est pas le même..... le bassin est certes dans la même direction mais les pieds doivent être réajustés.

De ces deux postures on peut passer à Prasaritta Padotanasana qui est encore une fois un autre écart.... d'où une question que l'on pourrait soulever : où est le Flow? Est-ce que l'on enchaîne les postures sans se poser trop de question et dans ce cas l'écart reste le même pour les trois asanas ou bien doit on réajuster l'espace entre les pieds à chaque fois ce qui du coup "casserait le flow"...

Si on suit l'alignement original des asanas on s'aperçoit qu'ils ne sont pas connectables.

D'où l'importance de Tadasana. Tadasana est une remise à zéro du compteur. C'est-à-dire que c'est la position neutre à partir de laquelle l'alignement repart. On fait un asana des deux côtés et avant de faire le prochain on repasse à Tadasana. On se remet à zéro.

Enchaîner 5 ou 6 asanas sur le même côté c'est déséquilibrer le corps.

On devrait faire une torsion à droite et une torsion à gauche, puis retour à position neutre.

Or si l'on fait une torsion à droite, suivi d'un équilibre à droite, suivi d'une ouverture de hanche sur la droite, suivi d'une flexion avant - Résultat : très joli Flow en revanche le côté droit du corps sera plus long que le côté gauche.....
Balance 0,  Alignement - 0, Équilibre - 0.

Une posture debout doit préparer les postures au sol. Si vous faites Anjaneyasana il est fort probable que vous enseignerez Trianga Mukha Eka Pada Pashimottanasana. La série des Prasarrita vous préparera à Kurmasana ou Upavista Konasana. Les flexions avant comme Padanghustasana prépareront à Paschimottanasana etc.

La position neutre au sol est Dandasana. De Dandasana à Janu Shirshasana il y a juste à plier la jambe pour garder l'alignement. 

Le Vinyasa

La notion générale du mot Vinyasa est un mouvement entre chaque posture faite avec la respiration, coordonner un mouvement à la respiration.

En sanskrit "Nyasa" veut dire "placer" et le préfixe "Vi" veut dire "d'une certaine manière". 

Dans une pratique d'Asana on l'associe aux postures Chaturanga Dandasana, Urdhva Mukha Shvanasana, Adho Mukha Shvanasana ou une Sun Salutation A au complet.

Krishnamacharya associe le mot Vinyasa à un art de vivre, une vie yogique qui englobe notre manière d'être avec les autres, notre approche de la vie, notre rapport avec nous même. Aussi une manière d'enseigner des asanas à chaque individu en fonction de leurs besoins. 

En Ashtanga Yoga le Vinyasa est un "comptage" dans les poses. Pour faire "simple" Suraya Namaskara a 9 Vinyasas:

  1. Urdhva Tadasana (Inhale - Ekam)
  2. Uttanasana (Exhale - Dwi)
  3. Urdhva Uttanasana (Inhale - Trini)
  4. Chaturanga Dandasana (Exhale - Chaturi)
  5. Urdhva Mukha Shvanasana (Inhale - Pancha)
  6. Adho Mukha Shvanasana (Exhale - Shat) - 5 respirations
  7. Urdhva Uttanasana (Inhale - Sapta)
  8. Uttanasana (Exhale - Ashta)
  9. Urdhva Tadasana (Inhale - Nava)
  10. Tadasana  (Exhale - Reset)

En Ashtanga Yoga les postures ne sont pas connectées aux autre. On fait un asana et on revient à Tadasana ou Dandasana. Pour garder le corps actif on fait un vinyasa complete (voir plus haut).

En Hatha Yoga il n'y pas de flow, les postures sont faites côté droit, côté gauche puis retour à Tadasana.

En Vinyasa Yoga tel qu'enseigné par Gérard Arnaud on ne connecte pas les postures. On fait coté droit, côté gauche et Vinyasa.

En Flow Vinyasa ou Vinyasa Flow on mélange un peu tout. On connecte les postures entre elles même si elles ne sont pas connectables, on peut enchaîner jusqu'à 6 asanas sur un seul et même coté et pour le rendre plus dynamique on peut aussi ajouter un Vinyasa complet avant de faire l'autre côté.

Plus je pratique et plus je deviens plus traditionnelle dans ma pratique. Je m'éloigne de tout ce qui est "Flow" et me rapproche plus du Vinyasa. Je ne vois plus aucun intérêt si ce n'est le côté esthétique à connecter des postures les unes aux autres.

Les jeunes professeurs de yoga aiment enseigner le Flow ce que je comprends parfaitement, c'est très joli à voir, bien fait c'est très gracieux, très dynamique et surtout ça répond à la demande générale des pratiquants qui souhaitent pratiquer un yoga plus dynamique. Je pense qu'il est important de pouvoir faire les deux, de pouvoir proposer les deux manières, savoir faire un "bon Flow" tout comme être capable d'enseigner un style plus traditionnel, plus ancré dans les postures.

- Namaste -

Wednesday, June 29, 2016

Se préparer avant une Pratique Hatha, Ashtanga ou Vinyasa Flow

 

Quel est le meilleur moment pour pratiquer?


Idéalement on préférera pratiquer tôt le matin, à jeun.

Pourquoi?

Le matin notre esprit est calme et serein, la concentration est plus disponible. Commencer la séance par une séance de Pranayama et de méditation est idéale avant d'attaquer les postures physiques. Cela permet de calmer l'esprit et surtout de le préparer à ce qui va suivre. La méditation faite le matin est en règle générale la meilleure de toute la journée.

Quelle heure?

Tout dépend de votre cycle de sommeil et de votre rythme de vie. Certaines personnes auront l'habitude par exemple de se réveiller automatiquement vers 3h30 ou 4 heures du matin, comme nous n'avons pas l'habitude de cette heure là bien souvent on regarde le réveil et on s'endort à nouveau heureux de voir que nous avons encore 2 heures de sommeil devant nous.

Si c'est votre cas alors sachez que votre corps vous annonce tout simplement qu'il a assez dormi et donc vous réveiller aux aurores fait partie de votre système naturel.

Si vous devez vous rendre à votre travail vers 9 heures vous pouvez programmer un lever à 6h30 du matin pour commencer votre pratique à 7 heures.

Si vos habitudes sont de boire de l'alcool le soir au coucher et de vous mettre au lit vers 23 heures alors dans ce cas il est clair que le réveil matinal naturel n'aura pas lieu, vous aurez besoin de votre alarme et devrez obliger votre corps et votre système à un système imposé. Ce qui n'est pas l'idéal. Dans ce cas précis il vaudrait mieux choisir une pratique du soir qui correspondra mieux à votre horloge biologique.

En résumé votre pratique matinale dépendra bien évidemment de votre heure de coucher, de vos habitudes alimentaires, de votre rythme et style de vie. 

Choisissez ce qui vous convient pour ne pas non plus vous brimer et pour apprécier chaque pratique au lieu de vous sentir imposer un régime qui ne vous convient pas. Vous devez pratiquer en votre âme et conscience et avant tout vous faire plaisir.

Inutile de vous lancer un challenge de 30 jours dans lequel vous mettrez votre esprit et corps en souffrance, accepter ce que votre vie vous permet de faire dans le cadre de votre travail, de vos relations avec les autres (sorties, soirées, enfants etc) et aménager votre emploi du temps pour qu'il vous satisfasse avant tout VOUS et non pas une mode que vous avez décidé de suivre sur un temps donné.

Pour une Pratique Matinale Optimum


Levez-vous au moins 30 minutes ou mieux 45 minutes AVANT votre pratique. Si vous pratiquez à 5 heures du matin, soyez réveillé pour 4h15 AM.

Éviter de vous lever 10 minutes avant votre pratique. Ne sautez pas au pied du lit sur votre tapis de Yoga.

Pourquoi?

Je ne vous apprends rien si je vous dis que votre corps est allongé tout la nuit pendant notre sommeil. Maintenant prenons en considération l'aspect anatomique d'une telle posture et la répartition de votre poids sur votre colonne vertébrale.

En étant allongé sur le dos pour une période de 6 à 8 heures, tout votre poids est chargé sur votre colonne vertébrale de manière horizontale versus une posture debout durant laquelle le poids est réparti sur les deux jambes, le bassin, le tronc. La colonne vertébrale prend en compte à peu près 35 à 45% du poids total dans une posture debout verticale alors qu'une posture allongée sur une longue période la colonne se retrouve à supporter plus de 60%. Du fait de l'inactivité du corps les abdominaux sont aussi relâchés, la respiration est naturelle et il faut donc prendre en compte le poids des organes.

Lorsque nous nous réveillons notre corps est "plus grand" et les vertèbres plus larges du fait de la position allongée.

Si vous vous réveillez 10 minutes avant le début de votre pratique et faite une salutation au soleil vous allez ressentir immédiatement une douleur dans le bas du dos, l'arrière des jambes et le haut du corps. Normal votre corps est ankylosé et pas lesté de tout son poids. Lorsque vous faites une flexion avant la charge que doit supporter la colonne vertébrale est plus importante que lorsque le corps est à la verticale - c'est pour cela que les pratiques matinales ont mauvaise réputation pour bien des personnes car on se trouve trop raide. Effectivement oui le corps va se protéger et il se protégera de tout mouvement par la contraction des muscles que justement on aimerait assouplir.....

Donc levez vous 45 minutes MINIMUM avant votre pratique et buvez de l'eau ou un jus de citron. L'important est de vous hydrater, buvez 4 verres ou plus si vous le pouvez.

Prenez une douche CHAUDE pour assouplir le corps et ramollir les muscles. Profitez aussi de ce moment pour réveiller votre corps en vous exfoliant avec un gant de crin ou autre crème exfoliante. 

Vous devez être propre pour votre pratique, la douche est obligatoire avant toute pratique car elle vous aidera à transpirer.

Hydratation de la peau - l'indispensable !

NOURRISSEZ votre peau avec de la crème hydratante ou une huile ayurvédique ou mieux encore faite votre préparation vous même en ajoutant à de l'huile d'amande douce de l'huile essentielle de Juniper (Genévrier) et de Gingembre.



Bienfaits de l'huile essentielle de Genévrier: Cette huile tonifie les muscles, la peau, les tissus, elle est diurétique, booste les vaisseaux sanguins et améliore la circulation sanguine.

Bienfaits de l'huile essentielle de Gingembre: Cette huile est utilisée dans le cas de douleur et raideur musculaire, raideur articulaire, rhumatisme etc.

Par ailleurs lorsque vous pratiquez vous étirez non seulement les muscles mais aussi VOTRE PEAU. Si vous avez la peau sèche ça va tirailler.

Durant votre pratique

Ne pas boire et attendre 10 minutes après la fin pour boire de l'eau à température ambiante.

Quoique vous fassiez 30 minutes, 1h ou 1h30 n'oubliez pas de faire Shavasana. Posture indispensable pour terminer et commencer votre journée en douceur.

Attendez une demie heure avant de reprendre une douche.

Pour une pratique en Journée ou du Soir


Comme pour la pratique matinale la douche est indispensable AVANT. 

Autant que possible sur un estomac "vide" - dernier repas 4 heures avant la pratique.

Si vous pratiquez le soir éviter les enchaînements trop rapides et dynamiques au risque de compromettre votre sommeil.

********

Le plus important dans tout ça est de vous sentir BIEN ET HEUREUX. Ne vous sentez pas coupable si vous ne pratiquez pas tous les jours, faites les choses pour vous.

Très bonne pratique à Vous!

- Namaste -

Friday, June 10, 2016

La conduite en Inde

Vouloir conduire en Inde relève du défi, ce n'est pas impossible en revanche ça peut devenir tout de suite très compliqué.

Il faut être aux aguets 24 heures sur 24. Entre les voitures qui roulent vite, aucune limitation de vitesse, les vaches, les buffles et les carioles, les chevaux, les hommes à pied, vélo, scooter, moto, tuk tuk, les voies uniques qui deviennent des routes à deux voies. Ici tout est bon pour passer, bousculer, aller devant l'autre voiture ou camion, les queues de poisson sont monnaies courantes.

Ca représente un peu ce que peut être la société Indienne.

Lorsque vous faites vos courses par exemple, même si vous attendez à la caisse et que c'est votre tour les Indiens n'attendent pas et vous passent devant, au début je ne disais rien, maintenant je les oblige à faire la queue. 

Et c'est pareil si vous allez à la poste ou même à la banque, vous êtes  au guichet et donc c'est votre tour et bien un autre Indien va se mettre aussi sur le guichet et se fichera éperdument de savoir si c'est votre tour ou non.

Quand vous faites vos course pour peser les légumes c'est pareil, tout le monde donne son petit sac en même temps et hurle si la personne ne pèse pas assez vite, si vous attendiez bien sagement tant pis pour  vous il  vous faudra jouer des coudes pour acheter votre kilo de pommes....

Il faut aller vite, plus vite que son voisin, plus vite que tout le monde, passer devant et ne pas attendre.

Si seulement cette velléité était la même pour ce qui concerne le travail alors les choses pourraient avancer aussi vite que leur conduite est dangereuse. Mais non ce n'est pas le cas, si vous avez une urgence elle peut aussi attendre demain....

Ce qui est paradoxale c'est que l'Inde ne laisse pas à la place à l'Individu. La famille étant le noyau central de leur bien être, elle ne laisse pas l'occasion et ne donne pas l'opportunité à une personne de s'épanouir seul pleinement. Non il faut se marier vite et bien, de préférence un mariage arrangé l'amour viendra après ou pas, et ensuite on embarque toute la belle famille tout le temps, il y a tout le temps des mariages à droite et à gauche et même si les personnes ne s'entendent pas il faut y aller, le travail peut bien attendre.

Les pauvres produisent donc des pauvres et s'entassent. Alors que chez nous on va d'abord analyser la situation avant de faire un enfant, ici non, on vit dans un taudis, pas grave, on se marie entre pauvre et on reproduit des pauvres, les enfants travailleront tôt c'est pas plus difficile que ça.

A contrario lorsque les Indiens sont dans leur voiture c'est tout pour leur pomme. Il faut aller vite, plus vite que tout le monde, être le premier au feu rouge, klaxonner quand il n'y a pas la place de  dépasser et dès qu'il y a un petit centimètre de disponible ils vont le pendre à leur risque et péril.

Rétrograder en conduisant ils ne connaissent pas, c'est mieux d'être à 120 Km/heure et de freiner en 5ème pour arriver directement sur votre cible, aucune mise en garde, si la personne devant freine au dernier moment vous êtes cuit, ils n'ont aucune anticipation. Mais visiblement ils s'en foutent, ils sont contents de passer devant.

Embouteillage dans les montagnes - Nillgris

Quand il y a un super grand embouteillage en revanche je suis ébahie de voir à quel point ils savent s'en sortir. Les gens n'hésitent pas à sortir de la voiture et d'aider les autres voitures à avancer, si vous ne pouvez pas faire une manoeuvre ils vont tout simplement la faire pour vous, en même temps ils veulent que ça avance mais d'un autre côté c'est quelque chose que j'aime bien.

Je pense que leur cerveau est plus aiguisé que le nôtre car pour pouvoir tout gérer de ce qui se passe sur une route indienne il faut vraiment avoir des yeux de lynx et de supers bons réflexes.

Par contre ils prennent des risques inutiles pour pas grand chose.

Il n'y a pas de règle dans ce pays ou alors s'il y en a elles ne sont pas appliquées. Il est très courant de voir les gens ouvrir la fenêtre de leur voiture et jeter leur bouteille en plastique, normal. Je l'ai déjà dit les Indiens balaient devant leur porte et jettent leur détritus à 100 mètres de chez eux car l'important est que ce soit propre chez eux, maintenant ce qui se passe ailleurs encore une fois ils s'en fichent.

Même à Ooty le paysage était chargé de détritus, je pense qu'il n'y pas un seul endroit en Inde qui soit propre.

L'Inde est vraiment un pays fait de contradictions - ils vont se signer un million de fois à chaque fois qu'ils passent devant un temple et vont jeter ou battre les chiens errants dans la seconde qui suit. Ils vénèrent leur "Mother India" et quand ils font des picnics ils laissent tout leur détritus sur place, normal... ils se baignent dans des lacs ou rivières qui leur sert aussi de poubelles, ils font bien souvent leur besoin dans la nature ou dans les rues sans aucun complexe.

Une société familiale donc qui oblige les individus à se marier tôt et faire des enfants tôt mais qui au final est très égocentrique. Tout pour la famille car les enfants les rendent heureux, comme m'a dit Rakesh en Inde l'important ce sont les enfants, une famille sans enfant ce n'est pas une famille, donc pour être heureux faisons des enfants, youpi! Mais en-dehors de ça je conduis vite pour être le premier, je ne fais pas la queue car je suis plus important que tout le monde, je pollue à tout va car l'Inde c'est grand et devant ma porte c'est propre, je travaille mais pas trop car la famille est plus importante que tout le reste et je suis pure car je vais au Temple tous les jours...

J'essaie de comprendre ce pays dans lequel je vis depuis bientôt trois ans et je n'y arrive toujours pas. Je ne me dis pas qu'en Europe ou ailleurs c'est mieux, en Europe nous aussi on jette nos déchets par terre mais c'est moins fréquent, nous aussi on abandonne nos chiens et on maltraite les animaux, on divorce plus par contre, les gens en Europe sont plus seuls qu'en Inde, en Europe bien souvent on ne visite que très rarement nos familles..... 

Je n'arrive pas à me faire à l'Inde. C'est une société très à part, en revanche j'ai tout un autre regard vers l'Ouest. 

Attention ce post n'a pas pour but de dire que l'Inde c'est mal et nulle, non pas du tout, ce sont juste mes mots, mon ressenti, l'Inde que je vois est différente de l'Inde qu'un touriste pourrait voir en passant 6 mois ici. Vivre et travailler dans un pays est différent que d'y être en mode "visiteur" où forcément on va trouver ça très charmant de voir les vaches déambuler dans les rues et très rustique de voir les carrioles tirés par des chevaux ou des buffles, voir les couturiers sur leurs trottoirs on va trouver ça super et on s'empressera de faire des chemises etc.... je connais les deux le côté touriste et le côté "merde je vis en Inde".....

Je reste tout de même ébahie devant des paysages et des couchers/lever de soleil à couper le souffle, la multitude d'espèces animaux et végétales et je rencontre aussi des Indiens supers qui aimeraient que leur pays change, tout n'est pas négatif. C'est juste une analyse très personnelle et surtout tout ce que je raconte est du vécu. 
Quoiqu'il arrive il y aura toujours une partie de l'Inde en moi, maintenant savoir si je vais continuer à y vivre je ne sais pas. L'Inde change beaucoup les gens, j'ai énormément mûrie ici, j'ai été révoltée comme jamais (et non pas à cause des grèves CGT) par des situations et des comportement insoutenables, en même temps j'ai vécu des choses et je vis encore des choses d'une puissance et c'est ce que j'aime ici, se sentir vivante. Je me sens vivante c'est bien ça.

J'apprends à vivre avec peu (oui je sais les formations de Yoga ne sont pas gratuites mais nous ne visons pas au-dessus de nos moyens), quand il n'y pas d'eau pendant deux jours.... bah il n'y pas d'eau que dire de plus? S'énerver pourquoi faire? J'ai appris à ralentir ici.

Monday, May 23, 2016

La Beauté des Femmes Indiennes

Les Femmes en Inde sont très féminines et n'utilisent que des produits naturels pour leurs soins quotidiens.

Je ne parle pas des femmes indiennes qui vivent dans les grandes villes et maintiennent un style de vie plus occidentale mais de celles qui se trouvent dans les villages ou dans les petites villes. Avec elles j'apprend à faire mes propres produits "cosmétiques".

En mélangeant la peau du lait bouilli (du lait frais) avec du turmeric (curcuma) on obtient une pâte couleur occre qu'il faut appliquer sur la peau et laisser sécher pendant 30 à 45 minutes. Le résultat est visible, la peau est plus claire, les points noirs ont disparu et nul besoin d'hydrater après avoir rincé car le lait est très hydratant.

On peut aussi y ajouter du jus de citron et de la farine pour les peaux grasses.

L'huile de castor mieux connue sous Huile de ricin est utilisée pour la pointe des cheveux trop cassant et épaissit naturellement les cheveux. 

Appliquée le soir en couche épaisse sous les yeux soulage les cernes et un très bon anti-rides.

Les nombreuses vertus de l'huile de coco sont bien connues, elle est largement utilisée pour la beauté des cheveux et de la peau, un des meilleur anti-rides naturel. 

La semaine passée j'ai assisté à un mariage et les femmes étaient plus belles les unes que les autres.





Elles sont grâcieuses dans leurs mouvements et portent le Sari d'une façon qui fait penser que c'est confortable. Le Sari contient un peu plus trois mètres de tissus et c'est tout un art pour le mettre.




Elle sont maquillées la plupart du temps avec du Khôl noir sous les yeux ou du eyeliner. La peau est magnifique et le bindi entre les deux sourcils ne fait que rajouter encore plus de beauté à leur visage.

Bien évidement les bijoux portés sont en or, de l'or jaune non traité.

J'étais très impressionnée.

Le mariage était bruyant et moi qui croyais que c'était une bande musicale qui passait en fait était de la musique "live". Le problème c'était trop fort (pour mes petites oreilles occidentales).

Personnellement je trouve que les femmes en Inde sont très féminines. Parfois elles ont un visage dur car elles travaillent énormément et s'occupent de tout à la maison. Mais malgré tout elles réusissent ce tour de magie incroyable de rester quelque soit la situation élégantes et fières. Très rarement elles portent du noir, ce n'est pas une couleur bannie aucunement mais les couleurs doivent flasher et très très très rarement elles porteront une couleur unie, la plupart du temps les tissues sont bariolés.

Il n'y pas de simplicité dans leur tenue, une tunique va avoir plusieurs inscriptions, parfois des paillettes (en fait souvent elles portent des vêtement brillants) et quelque soit la condition riche ou pauvre leurs vêtements vont être "joyeux".

Il y a une femme avec son bébé au carrefour du Columbia Hospital qui vend des mangues ou des fleurs et à chaque fois que je la vois je suis surprise par sa beauté et ses vêtements, même si c'est une femme qui semble pauvre ses vêtements sont splendides et pailletés et elle a ce regard que l'on pourrait qualifer de hautain mais qui ne l'est pas.

D'ailleurs l'Inde est un pays où il est très difficile de prendre une mauvaise photo, les couleurs sont tellement omni présentes que quoique vous fassiez la photo sera belle.


- Namaste -

Saturday, May 21, 2016

Ne pas avoir d'attente

Et pratiquer librement.

Aujourd'hui pendant ma pratique impossible de me concentrer. Mon esprit était ailleurs, j'enchainais les asanas les uns derrière les autres mais je n'étais pas présente sur le tapis.

Trop d'attente envers mes pratiques quotidiennes. J'en ai tellement que parfois je passe à côté des progrès que je peux faire dans des asanas comme dans Janu Shirshana C qui ne me fait plus souffrir au niveau des orteils et dans lequel je peux maintenant vraiment allonger le corps en avant.

Non mes attentes sont ailleurs. Elle sont par exemple sur la pratique des équilibres et si je ne vois pas de progrès alors je renie et repousse tous les autres que j'ai pu faire car ils n'étaient pas dans mes espérances.

En fait je ne pratique pas le yoga, je ne pratique même pas des asanas, je fais juste un exercice physique qui me permet de me sentir mieux à la fin mais qui mentalement ne m'apporte rien car quand je suis dans une posture je pense à tout autre chose.


Il faut que je remette mes compteurs à zéro et que je sois plus présente dans le maintenant, ici et là.

Et ceci représente très bien mon état d'esprit qui parfois s'apparente plus à une bombe à retardement qu'à une paix intérieure.

Je me suis toujours fixée des objectifs, dès que je franchissais une montagne une plus haute s'élevait derrière.

Souvent je fais le rêve durant lequel j'essaie d'avancer, de marcher mais je n'y arrive pas car mes jambes sont trop lourdes.

Ou alors j'essaie de crier et aucun son ne sort de ma bouche.

Quand j'étais à Montréal le rêve récurrent qui revenait était celui où j'étais dans ma voiture et je n'avais pas de frein. Impossible de m'arrêter. A contrario quand je suis rentrée en France je faisais le rêve où je montais la côte de la rue du Mont-Cenis et mon corps ne me portait plus, j'étais obligée de m'arrêter car mes jambes ne voulaient plus avancer.

Depuis que je suis en Inde ce genre de rêve arrive moins en revanche je suis dissipée sur le tapis, je commence ma séance tranquillement et soudainement mon esprit vagabonde et pense à autre chose alors que extérieurement rien n'y paraît j'ai l'air de pratiquer mais en fait je ne fais que suivre les asanas de la Première Série, je ne suis pas dedans, je ne suis pas présente.

En fait le Yoga c'est super difficile!

- Namaste -

Friday, May 13, 2016

L'Inde et ses Vaches "Sacrées"....

C'est une plaisanterie.

Aujourd'hui en me rendant au supermarché à Mysore, j'ai vu la même vache que j'avais aperçue la semaine dernière et à qui j'avais déjà donné de la nourriture.

Sauf qu'aujourd'hui elle était allongée dans ses excréments, complètement affaiblie. Ca m'a mise en colère. Je suis donc allée lui acheter 2 kilos de carrottes et de la salade et je lui ai donnée. Quand elle m'a vue approcher elle a soulevé lentement la tête et s'est mise à dévorer les carrotes. Je suis restée un moment près d'elle, la carressant.

Alors bien évidement j'ai fait sensation, une touriste qui nourrit une vache en plein centre ville c'est l'attraction de la journée.

Aux commercants qui étaient présents et qui du coup "m'aidaient" à la nourrire je leur ai dit ne pas comprendre pourquoi MAIS POURQUOI P***** DE ***** vous la laissez là mourir devant vos yeux???? A qui est-elle ??? Pourquoi est-elle abandonnée, elle n'est même pas adulte ???

Ces c******* me regardaient en me souriant, et bien évidement ne comprenaient pas ce que je disais. Je leur ai dit "Il paraît qu'en Inde les vaches sont sacrées, c'est juste une histoire pour endormir les enfants????".

Un couple de jeune a compris ce que je disais et n'ont pas du apprécier mes propros car ils me fusillaient du regard....

Quand vous voyez une vache dans la rue c'est une VACHE ABANDONNEE. Elle va manger des sacs plastiques et de la merde et le petit gars au coin de la rue qui prépare son chai aura bien pris soin de la traire avant... Autrement dit quand vous buvez du chai local en Inde pour faire comme tous les bons touristes font en admirant la dextérité des Indiens à faire le chai dites vous que le lait que vous buvez est tout simplement du lait aromatisé aux plastiques et autres déchets que les Indiens jettent allègrement dans la rue sans se soucier si la rue est propre tant que c'est nickel chez eux.

Quand vous voyez des veaux devant les temples habillés comme des pachas avec des bindis sur le front dites vous qu'ils sont juste là pour la célébration, ils les vénèrent en les enlevant à leur mère mais jamais ils ne les ramènent chez eux. Le ou les veaux car la plupart du temps ils sont plusieurs vont rester au temple et mourir de faim pendant que les Indiens dans leurs superbes traditions vont venir leur apporter des offrandes comme de l'encens, des bananes ou autres épices afin de se purifier EUX au détriment du veau qui lui va de tout de manière crever loin de sa mère et à la vue de tous dans une indifférence totale....

Aux touristes qui vont en Inde:

1. Si vous voyez une vache DANS LA RUE donnez lui à manger et arrêter de prendre des selfies avec la "Vache Sacrée de l'Inde". Les Vaches dites sacrées (ce mot me fait rire maintenant) se trouvent dans les campagnes et avec un peu de chance sont bien entretenues.

2.  N'allez pas au Zoo quelqu'il soit de n'importe quel pays. Les animaux ne sont PAS FAIT POUR VIVRE EN CAPTIVITE.

3. Ne monter pas les éléphants que ce soit en Inde, Thailande, Cambodge, Rajasthan ou autres endroits, ce n'est pas écolo et les ELEPHANTS NE SONT PAS FAIT POUR CA !!! Dites vous que pour monter sur un éléphant il a du subir les pires souffrances inimaginables, il a du être "cassé" de sa vraie nature à coup de bâton j'en passe et des meilleurs.

Suis-je en colère ?? Mais oui car je ne comprends pas le comportement humain, ça m'échappe complètement...

Friday, May 6, 2016

Sur le chemin du Yoga

J'ai commencé un journal intime sur mes pratiques. Je documente toutes mes pratiques quotidiennes, mes points forts, mes points faibles, l'impression de stagnation, les différentes douleurs ressenties, de par les douleurs les asanas que je ne fais plus comme avant, la peur de certaines postures qui me ramènent à mes propres peurs.... le doute, la petite voix qui me dit que je n'y arriverai pas, les pensées qui se bousculent.

Je m'oblige à compter les Vinyasas. J'ai demandé à Trupta de m'écrire les comptes en sanskrit sur un tableau que je mets en face de mon tapis.

Et je compte en Puraka (inhalation), Recaka (exhalation), Ekam (1), Dve (2), Trini (3) jusqu'à 25.

Je fais chaque Vinyasa entre chaque posture assise et une fois que les deux côtés sont faits un full vinyasa, et je me perds dans mes comptes. 

En revanche ça évite à mon esprit de vagabonder à droite et à gauche. Si une pensée négative arrive dans Bhujapidasana je ne peux pas la faire, alors je m'oblige à reprendre mon compte de Vinyasa depuis le début.

Sur la route de Kep - Cambodia

Je me sens comme sur ce chemin. Je vais de l'avant, je suis dans un tuk tuk et à ma prochaine destination je vais apprendre des nouvelles choses. Les gens que je croise parfois s'arrêtent et nous faisons un petit bout de chemin ensemble, ou alors ils ne font que passer tout comme je ne fais que passer dans leur sillage. Juste une empreinte.

C'est ici et maintenant que je me m'aperçois de l'ampleur de la tâche. J'avais sous estimé le Yoga, l'union entre l'Univers et l'âme universelle on répète cette phrase sans trop savoir ce que ça veut dire.

On va pratiquer pendant quelques temps puis la vie vous emmène ailleurs et d'une pratique régulière on retombe à une ou deux fois par semaine - on n'a pas compris que le Yoga est un engagement physique et morale, c'est un mariage. Cela n'a rien de religieux, c'est une discipline: TAPAS (Niyama). On y arrive en passant par Shaucha (purification) et le bien heureux Santosha (contentement).

Il n'y a plus de complainte, de désaccord, de désagrément car tout ce qui nous gêne on s'en débarrasse, que ce soit des amis ou connaissances négatives, une situation déplaisante, des mots qui nous heurtent, des mauvaises pensées, tout ce qui nous embarrasse et nous empêche d'avancer, on a enfin le courage de se dire "okay, passons à autre chose".

Je n'ai en revanche aucune idée de comment transmettre ma définition du Yoga car c'est une expérience très personnelle que je traverse et je ne sais même pas si j'ai envie de la transmettre, ce n'est pas un secret bien gardé, c'est juste un travail sur soi que ce soit physique ou mental. 

Il serait facile le matin de me dire "non pas de pratique aujourd'hui, j'ai mal à la nuque", alors qu'en fait je peux pratiquer, le haut du corps est un peu raide, les dristhis ne sont pas vraiment respectés mais cela ne m'empêche pas de pratiquer en douceur, au lieu de regarder en haut je regarde face, ce n'est pas compliqué et tout le monde peut le faire. Je ne l'ai pas lu dans un livre "en cas de douleur au cou ne pas tourner la tête".... c'est juste du bon sens.

La pratique du Yoga vous amène à être plus terre à terre, à se poser des bonnes questions, à être plus logique. C'est un chemin intérieur qui doit se faire personnellement.

Comme dit la pub (je ne sais plus laquelle par contre) LA SOLUTION EST EN VOUS!

- Namaste -

We think we know Yoga

As per Manju Jois Yoga is Yoga:

Sri Manju Jois Ji
- Drop the label: Yoga is not a label you can sell, there is not Ashtanga, Vinyasa, Hot, Hata or Bhakti,..., yoga is simply yoga
- There is no series: "when I learned from my father (Sri Pattabhi Jois) I was taught all asanas. My father never stopped me because I could not do some and neither he mention any first, second or third series."
- Yoga is simple and yoga has to be fun: forget about drishti, bandhas, instructions and all that follow. Just practice and have fun and the breath will coordinate by itself and bandhas engaged. So have fun and all is coming.
- No need for drastic changes: "if you turn vegan because you do yoga, and then you look sick, then I would recommend to stop doing yoga and start eating again." Let the changes happen spontaneously and over time.
- On difference between western and eastern mentality: "asian people do what you teach them without asking. You give an asana or a mantra, they do it and let the benefit arise trough time and devotion. Western people are more analytic, they want to know the meaning of the mantra before chanting it, they want to know what muscles to engage and what is that asana specifically good for, they have no patience of experiencing but they crave ready and fast, empty, answers."

Well I could not agree more. Especially on the last point regarding the western and eastern mentality.

People want to follow what is in a book, they do not have imagination or do not take time to experiement by themselves. They want to know what is the right adjustment for each asana while there is no right adjustment, each body is different. We can say place your hand outside of the knee while for other the hand will be inside of the knee.


There is no wrong or right, there is just practice.


People think they know Pranayama and find it boring to seat and do the same exercise. It is because their mind are closed and not ready for it. How can we go deeper into explanation when the base is not there?


Pranayama is learned by practicing it. If you prefer inner retention then do it, if you are more comfortable with outer retention then do it. Just follow what is right for you not what is in your book.


John Scott said: "Everyone can write a book, actually it is your note book as a student, your story about your own experience in your Yoga practice"

You can create your own practice, you can decide to follow the Ashtanga lineage, you can create your own flow, no book in the world will explain you how to create a "good" Vinyasa Flow Yoga, everything is in you. But to understand it you have to go slightly deeper into your practice and have a DAILY PRACTICE of Pranayama and Asana. Without it you can not experiment anything.


A daily practice is all what it takes. Not only you will learn how your body is moving but you will feel your mind moving as well, you will be more open to everything. And that is when Yoga starts.


I can not stop repeating that we are just teaching asana, all Yoga studio in all over the world are just teaching asana practice, all yoga teacher training courses should be rename as "Asana Yoga Teacher Training Course", because we are not becoming a Yoga Teacher after 200 Hour, 300 Hour or 500 Hour. We are just learning how to practice and eventually how to teach Asana.


And if after the course you go home and stop practicing then it would have been a waste of time and money.


How can you expect to go deeper into Yoga if you are not practicing it? Just try to seat for 30 minutes without moving and practiced Pranayama. Then enjoy your asana practice. Do practice alone, be your own guide, your own teacher, stop expecting people to give you all answers, try to find it by yourself.