Monday, July 17, 2017

Comment savoir si l'on est prêt à enseigner après une formation?

Après la question fatidique de "Est-ce que vous enseignez l'anatomie", la deuxième question relativement récurrente des personnes qui s'inscrivent est de savoir si après la formation ils peuvent enseigner?

La question peut sous-entendre deux choses.

La première : Est-ce que le diplôme de yoga me donne le "droit" d'enseigner sous entendu de manière légale. La réponse est toujours non car le Yoga n'est pas une profession réglementée, de ce fait avec ou sans diplôme tout le monde peut enseigner le Yoga.

Pour pouvoir enseigner une activité physique et sportive en France il faut détenir un diplôme d'état ou alors un CQP. La plupart des professeurs enseignent avant tout des asanas considérés comme une activité physique sportive. Donc légalement si l'on souhaite rester dans les clous il faudrait détenir un diplôme d'état.

Il est à noter que si la réglementation était mise en place, s'il y avait un contrôle de tous les studios de France ils fermeraient et le nombre de personnes enseignant le Yoga serait moindre. Faut-il pour autant s'en inquiéter ? Je n'ai pas la réponse, je n'enseigne plus en France depuis 4 ans et je n'ai entendu personne qui enseigne avoir eu un quelconque problème avec ça.

D'un point de vue spirituelle de la pratique il n'y a pas de réglementation. 

Vous pouvez consulter ces deux articles :


Il est important de savoir et de comprendre que le Yoga n'est pas une profession réglementée tout comme d'autres activités holistiques (Méthode Pilates, Méthode Gyrokinesis et Gyrotonic (c), Feldenkrais, etc).

***

La deuxième chose que soulève la question "est-ce que je peux enseigner après une formation de Yoga" est de savoir si l'on va avoir les outils nécessaires pour le faire.

C'est une bonne question dès lors que l'on investit non seulement de sa personne pendant une formation mais aussi de l'argent, il est donc important de savoir où l'on met les pieds.

La réponse en revanche n'est pas évidente. D'un point de vue purement commercial on pourrait vous vendre une formation de Yoga en vous garantissant à 100% que vous allez enseigner tout de suite après avoir eu votre joli diplôme en poche, le tout avec des pacotilles et des lumières qui clignotent aux couleurs de l'arc-en-ciel.

D'un point de vue purement réaliste personne ne peut le savoir (si vous pouvez enseigner)..... si ce n'est vous-même !

Samyak Yoga - Cambodge TTC Février 2016


Est-ce que 200 heures sont assez pour enseigner

Si ce sont vos premières 200 heures et qu'auparavant vous pratiquiez le Yoga de manière lamba j'aurai tendance à dire non.

Si vous avez derrière vous un bagage d'enseignement et une pratique régulière depuis 3 ans, j'aurai tendance à dire oui.

Mais j'émets des doutes dans les deux cas.

Ces quatre dernières années j'ai vu des étudiants qui n'avaient pas de bagage yogique et qui ont un peu ramé la première semaine de formation, voir toutes les semaines, puis au lieu de se poser des questions ce sont tout de suite lancés dans l'enseignement tout en continuant à pratiquer. Au jour d'aujourd'hui ils continuent d'enseigner, certains ont ouverts des studios, d'autres organisent des retraites dans le monde et ça fonctionnent très bien pour eux car ils y ont cru dès le premier jour et se sont trouvés dans la pratique du yoga.

J'ai vu aussi le contraire, des étudiants avec une pratique de dingue, des asanas splendides, des connaissances philosophiques pointues......  avec une pédagogie complètement absente. Ils enseignent mais ils rament un peu. Certains ont décidé de garder le Yoga comme un travail à temps partiel. 

De la même manière dans ma quête Ashtangique (si je puis dire) j'ai pris des cours avec des enseignants qui étaient autorisés par le Shala et pourtant étaient de très mauvais pédagogues. En revanche avec d'autres qui n'étaient pas "reconnus" ni certifiés par le Shala étaient super bons.

La fibre pédagogique n'est pas quelque chose qui vient en un mois c'est quelque chose que l'on cultive. Il faut aussi avoir le désir de vouloir partager nos connaissances sans pour autant faire le show en montrant ce que l'on sait faire. 

Il faut être prêt à ne pas être aimé ou apprécié, il faut pouvoir accepter de se remettre en question continuellement. 

Si vous voulez enseigner dans l'espoir d'être aimé en retour ça ne fonctionnera pas.

Maintenant la notion de "j'aime" / "j'aime pas" est un point de vue très personnel. Une personne pourra détester votre cours tout comme dans le même cours une autre personne l'aimera. Si vous êtes un temps soi peu sensible vous allez vite expérimenter des montagnes russes émotionnelles.

Est-ce que je peux enseigner si je ne pratique pas ?

D'un point de vue physique que représente la part des asanas, si vous ne pratiquez pas physiquement votre séquence ou n'importe quelle séquence de manière régulière je reste assez catégorique là-dessus, la réponse est non.

Est-ce qu'un professeur de langue peut enseigner une langue qu'il ne connaît pas? Non.
Est-ce qu'un pianiste qui fait un récital peut le jouer sans l'avoir pratiqué? Non.
Est-ce qu'un boulanger fait du bon pain s'il ne connaît pas la recette? Non.

La règle est assez facile. On enseigne ce que l'on connaît et ce que l'on pratique. Si vous décidez d'enseigner de l’Accro Yoga mais que vous n'en n'avez fait qu'une fois, avec toute la bonne volonté du monde ça va être très difficile.

Samyak Yoga - Paris TTC Août 2016

Il y a des formations de Yoga durant lesquelles l'étudiant n'enseigne que très peu, voir pas du tout et d'autres où l'étudiant enseigne tout de suite et ce tout au long de la formation. Bien sur ça peut faire hurler les yogis déjà en place et qui se demandent "mais comment ils peuvent enseigner quand ils n'ont aucune expérience!!!".... oui mais à un moment donné il faut bien commencer quelque part il me semble.

On peut attendre, assimiler et faire d'autres formations avant de se lancer.

On peut aussi se jeter à l'eau directement. 

C'est donc très personnel et individuel. Il n'y a pas de règle. Si l'on attend trop on peut finir par ne jamais le faire, l'avantage de se jeter à l'eau tout de suite c'est qu'on peut voir assez vite si cela nous convient.

Il faut aimer enseigner.

Il faut bien évidement continuer à se former et pratiquer autant que possible.

Il n'est pas utile de se déguiser pour donner un cours de yoga. Arriver sur le tapis avec le mala autour du cou, des bracelets aux chevilles, aux poignets, un bindi sur le front, un fichu sur les cheveux, tout ça ne sert à rien.... sauf si bien évidement c'est un look que vous abordez depuis longtemps. Ce que je veux dire c'est qu'il ne faut pas être "plus spirituelle" que vous ne l'êtes, rester dans votre vérité et surtout rester simple et authentique.

Si tant est vous décidez d'opter pour le look indien sachez que :

1. Le bindi ou "bindu" en sanskrit ou "binhiya" en Hindou, se porte entre les deux sourcils, au niveau du 3ème oeil et pas au milieu du front. Sa traduction veut dire "goutte" ou "point".  Il est noir pour les femmes célibataires et rouge pour les femmes mariées. C'est un symbole de bonne fortune. Il existe des bindis en bijou de toutes les couleurs que l'on colle directement sur la peau qui n'ont rien de religieux.

2. Les bracelets aux chevilles se portent par paire. Si vous allez en Inde et que vous n'en portez qu'une seule les Indiennes vous demanderont pourquoi. Si vous portez deux bracelets mais qui ne sont pas identiques vous aurez droit à la même question "pourquoi?". Le plus souvent ils sont en argent, avec des grelots ils permettaient d'annoncer qu'il y avait une femme dans les alentours. La cheville comporte le méridien de la vessie et des organes reproducteurs, plus le métal porté est pur plus la femme sera fertile, il est aussi dit que ça calme les douleurs menstruelles.

3. Les bagues aux orteils (appelées Bichiya en Hindou)  sont généralement réservées aux femmes mariées et vont par paire. Elles sont aussi en argent et portées sur le deuxième orteil, signe de fécondité. De manière générale la tradition Hindou n'autorise pas le port de l'or en-dessous de la ceinture, donc la plupart des bijoux de pieds et chevilles sont en argent pur.

4. Le Mala - généralement le mala doit être offert. C'est un collier que l'on peut comparer au chapelet et qui devrait comporter 108 perles faites de bois de rose par exemple ou en perles. Il sert à chanter les mantras 108 fois, on l'égrène à chaque passage. Si l'on suit les préceptes de la tradition yogique vous ne pouvez pas chanter n'importe quel mantra, le mantra doit être présenté à l'étudiant de la bouche à l'oreille par votre "gourou" ou enseignant.

Bonne semaine!

- Namaste -

Saturday, July 15, 2017

Lumière sur Marichyasana D

Marichyasana D est "THE" Asana qui vous donne votre droit d'entrée pour continuer ou arrêter la Première Série. Ensuite la deuxième porte "d'entrée" est Supta Kurmasana (que l'on verra plus tard).

C'est à cet asana que l'on va vous arrêter si vous n'attrapez pas votre main, si vous ne pouvez pas enrouler, mettre votre jambe en demi-lotis etc... 

Pour faire court si vous ne pouvez pas faire la posture sans variation et que vous avez décidé de vous lancer dans une pratique traditionnelle de l'Ashtanga Yoga votre pratique s'arrêtera là aussi longtemps que vous ne pourrez la faire complètement.

Si vous ne pratiquez pas l'Ashtanga Yoga de manière traditionnelle rien ne vous empêche cependant de la travailler que ce soit avec ou sans variation.

Je l'ai pratiquée pendant des années en variation sans insister plus que ça me disant que cette posture n'était pas faite pour moi car elle me faisait mal aux genoux. Le jour où j'ai commencé à dédier mes pratiques à l'Ashtanga Yoga ce fut ma (première) frustration car ma pratique s'arrêtait là et je devais enchaîner sur les postures finales.

Six mois après une pratique respectant les codes de l'Ashtanga, pendant une classe Mysore sous Sharat, à ma grande surprise j'ai réussi à la faire sans douleur, sans problème et ce des deux côtés. Comme c'était un mardi et que le mardi on ne reçoit pas de nouveaux asanas (cette notion est extrêmement obscure pour moi), je n'ai pas été "promue" à Navasana et après un rapide coup d'oeil de Sharat j'ai compris que demain serait un autre jour.

Effectivement le lendemain il m'a regardée faire Marichyasana D et m'a dit "Navasana"....... puis m'a arrêtée à Supta Kurmasana.... et ma pratique s'est arrêtée à Supta Kurmasana pendant six long mois faits de frustration, de colère, de sentiments d'injustice et durant lesquels j'ai du faire une introspection sur moi-même en me disant que l'Ashtanga Yoga en fait c'était nul......

Jusqu'à ce que je passe Supta Kurmasana.... mais c'est une autre histoire qui fera l'objet d'un nouveau post.

Voici la posture :

Marichyasana D - Crédit photo Tom Ritcher.Yoga

J'ai choisi cette photo car les flèches indiquent les directions que j'affectionne tant. On pourrait ajouter une flèche verticale au point numéro 6 car le pied pousse aussi contre le sol.

C'est donc une torsion, assez intense durant laquelle la jambe gauche est repliée en demi-lotus. Tout comme pour Marichyasana C il y a une rotation interne de l'humérus gauche qui vous permet d'enrouler autour du genou, si votre étudiant ne peut pas enrouler correctement dans le "C" il ne pourra pas faire le D, c'est assez logique.

Crédit photo - Practicing Ashtanga
La première sensation que l'on peut avoir c'est une gêne au niveau de la cheville et avec le temps ça passe.

La deuxième est une tension au niveau du genou de la jambe qui est repliée, là il faut savoir si ce sont les ligaments qui empêchent le mouvement ou si c'est juste un manque d'ouverture des hanches. Comment le savoir je n'ai pas la réponse, pour ma part je n'ai plus de ménisque donc j'ai toujours cru que cette posture m'était à jamais inaccessible mais la pratique régulière a fini par me convaincre que le corps peut se soigner lui-même.

Maintenant est-ce que je recommanderai à un étudiant qui a des douleurs aux genoux de faire cette posture ? Tout dépendra de sa pratique, si l'étudiant est régulier je l'encourageai à continuer à son propre rythme en revanche si c'est un pratiquant "lamba" qui pratique 1 à 2 fois par semaine puis plus rien pour revenir pratiquer pendant 4 jours puis plus rien etc... je ne lui enseignerai probablement pas la posture finale mais la variation qui consiste à ne pas replier la jambe en demi-lotus.

Variation - Crédit photo Practicing Asthanga Yoga
C'est une posture que je mets dans la catégorie "Avancée". Non seulement la torsion ou le twist est intense et nécessite une bonne ouverture des épaules ainsi qu'une bonne ouverture des hanches mais en plus il y a une rotation externe du fémur produite par le demi-lotus de la jambe qui est repliée. J'ai pu voir pas de mal pratiquants forcer cette posture et se faire mal aux côtes et/ou aux genoux.

Alors ajustements ou pas ?

Tout dépend du professeur et de SA PRATIQUE PERSONNELLE.

Ne hurlez pas c'est un ajustement très courant
En revanche je me permets un petit "doute", au lieu de tirer le bras par le poignet avec les deux mains il serait préférable à mon sens d'avoir la main droite qui tire le poignet gauche pendant que la main gauche se place sous le coude ou au milieu du bras de l'étudiant.

J'aurai aussi tendance à placer mon genou gauche au niveau de la hanche de l'étudiant pour l'enserrer, faire un "mur" plutôt que de le laisser complètement décoller la hanche car je ne suis pas certaine que l'étudiant trouve correctement son équilibre si enroulement il y a.

D'une manière générale je préfère me mettre dans cette posture pour ajuster l'étudiant :

Crédit photo - Nadra Mohsin
Ici on ne tire pas simplement sur le bras mais on protège l'équilibre par l'action des jambes autour de l'étudiant. C'est à mon sens un ajustement plus clair et doux et c'est toujours celui que j'ai reçu pendant mon apprentissage de Marichyasana D.

En tant qu'enseignant vous devez pratiquer ce que vous enseignez. Si vous ne pratiquez pas cette posture il est préférable de ne pas l'enseigner. Si vous l'enseignez et que vous ne la pratiquez pas n'essayez pas d'ajuster car comment comprendre un ajustement que vous n'avez pas reçu pour une posture que vous ne pratiquez pas?

Pour ajuster il faut d'abord regarder votre étudiant, la première chose est de voir si demi-lotus il y a, si le demi-lotus n'est pas possible faire la variation, ne surtout pas pousser le genou contre le sol.

Si vous voyez qu'il y a demi-lotus et que le problème vient du twist, alors oui vous pouvez donner le "chemin que le corps doit prendre" car les muscles vont enregistrer votre ajustement, d'où l'importance de comprendre la posture avant de l'enseigner et de la corriger.

Bonne pratique!

- Namaste -

Thursday, July 13, 2017

Lumière sur Marichyasana C

Première torsion ou twist des postures assises lorsque l'on pratique la Série de l'Ashtanga Yoga. Si vous la pratiquez en-dehors de la Série il conviendrait d'ajouter en amont des asanas qui la prépare. Vous devrez ajouter dans votre séquence des postures qui ouvrent les épaules (par exemple Prasarita Padotanasana C, Parshvotanasana, Garudasana, Gomukasana). 

Marichyasana C - Sharat Jois

Pour placer le bras autour du genou il faut tourner le torse, amener le coude droit sur l'extérieur du genou gauche la main dirigée vers le ciel. Une fois que le coude est sur le côté du genou il va pousser le genou vers le torse qui lui opposera une résistance. 

Ensuite il faut faire une rotation interne de l'humérus, ça veut dire que la main va se retrouver vers le sol pendant que l'aisselle gauche se trouvera au-dessous du genou droit.

Rotation interne ou pronation de l'humérus droit

A partir de là pour redresser le torse il faut que l'action du bras gauche continue de presser contre le genou pendant que le genou continue de presser contre le bras. La fesse gauche au sol est ancrée.

Si possible avec la main qui enroule on attrape le poignet opposé ou les doigts ou utiliser une sangle.

Crédit Photo : Krishna Hatha Yoga

La main qui attrape le poignet poussera le poignet vers le bas pour faciliter l'ouverture de l'épaule et redresser le torse vers le ciel.

L'une des erreurs courantes est d'avoir la jambe tendue au sol en rotation externe.

Photo prise avec une erreur à titre d'éducation. Crédit Photo : practicingasthanga.com

En revanche cette photo a été prise avec pour légende "Jeune femme pratiquant le Yoga" mais elle est complètement fausse.



Il n'y a absolument aucune intention dans ce mouvement, aucune présence. La jambe au sol ne fait rien, le twist ou rotation est quasi inexistant, le dristhi complètement absent et il est fort à parier que la fesse de la jambe pliée est complètement décollée. Si vous voyez votre étudiant dans cette posture il serait préférable de l'ajuster, on commencera simplement par lui demander de garder un dos droit et une respiration consciente.

Le dristhi est le côté "Parshva Dristhi".

Il y a d'autre variation où le regard est le bout du nez, soit Nasagra Dristhi.

Marichyasana C - BKS Iyengar
Le pied de la jambe au sol peut être pointé ou en flexion (les orteils vers l'avant ou les orteils dirigés vers le ciel). Au choix.

Une autre variation ou préparation est de ne pas enrouler complètement le bras autour du genou.

 
Comme pour toutes les postures de twist elle favorise l'élimination des toxines en procurant un massage aux organes internes et en facilitant le transit intestinal. Il n'est pas recommandé de la faire pendant les deux premiers jours des règles car ça accentuerait la perte de sang. Durant la grossesse il est préférable de faire le twist de l'autre côté.

Idéalement on ne l'enseignera pas aux personnes souffrant de hernie discale ou inguinale, en revanche elle peut être conseillée pour les douleurs de sciatique.

Bonne pratique!

- Namaste -

Monday, July 10, 2017

Bali - tu ne m'auras pas!

J'écris ce post non pas sous l'impulsion d'une colère mais simplement sous le fait d'une constatation, ça fait longtemps que je voulais l'écrire et le dernier incident d'aujourd'hui m'a confortée pour le faire.

Ça va faire maintenant 4 mois que je suis sur l'Ile, non pas en continu mais par séjours de 1 mois et le dernier, celui que je suis en train de faire, 1 mois et demi.

Bali l'Ile des Dieux comme elle est vendue un peu partout dans le monde ou alors comment se faire enfler en tant que touristes.

Pour moi Bali détient le record non enviable du "comment je me suis fait avoir".

Et ça commence bêtement. Vous achetez un petit sachet de lessive sur lequel le coût indiqué est de 2,000 IDR et quand vous arrivez pour le payer on vous en demande 3,000 IDR. Si vous le contestez la personne le reprend et vous jette à la porte de la boutique, vous allez dans une autre petite boutique et c'est la même chose, du coup vous le payez 3,000 IDR au lieu de 2,000 IDR, point barre.

Les médicaments ont un prix affiché mais à la caisse vous le payez plus cher.

Vous faire soigner dans un hôpital pas trop mal mais pas non plus haut de gamme vous coûtera la peau des fesses. Des antibiotiques m'ont été prescrits pour la modique somme de 1,5000, 000 IDR alors que j'avais une otite à hurler soit 98€ et là je ne parle que des antibiotiques, ça ne comptait même pas la visite du médecin qui est en plus.... Il a fallu que je conteste, sur ce le docteur me dit qu'il souhaitait me donner le must du must, je lui ai dit que je ferai tout aussi bien avec des antibiotiques moins chers, résultat au final il a changé la prescription pour moitié prix.

Vous allez vous faire masser et vous demandez un "Deep Tissu Massage".... vous ne savez pas ce que la personne vous fait mais vous faites confiance. En sortant la gérante vous demande "Balinese Massage" pour confirmation et vous présente une note de 80,000 IDR, moi trop stupide ou trop honnête je lui dis "non Deep Tissus Massage".... du coup elle range le ticket que la masseuse lui a donné, m'en fait un autre à 110,000 IDR..... je lui demande alors quel massage j'ai reçu et elle me répond "Deep Tissus"..... mouai.....

Aujourd'hui je commande une salade de fruits avec yaourt et miel. On m'apporte la salade de fruits avec du Muesli, je déteste le Muesli.... je leur dis que ce n'est pas ce que j'ai commandé, la serveuse pas aimable change mon assiette. Au moment de payer elle me fait payer le Muesli ! Je lui demande de corriger ce qu'elle fait mais pas de bonne grâce.

Un jour vous allez au stand prendre une coconut et vous payez 15,000 IDR. Un autre jour, au même stand, même commande vous payez 25,000 IDR.... quand vous faites la remarque ils ne comprennent plus l'anglais.

Un taxi de l'aéroport coûte la bagatelle de 345,000 IDR, vous pouvez le "négocier" pour 300,000 IDR mais pas moins, ils s'en foutent car d'autres touristes paieront ce prix alors pourquoi se prendre la tête avec vous?

A savoir qu'il y a une navette de bus qui part de Ubud à l'aéroport et vient vous cherchez à votre hôtel pour 60,000 IDR. Mais ça si vous ne le découvrez pas par vous-même personne ne vous le dira.

Un jour je suis allée manger dans un restaurant sur le bord de la route à la bonne franquette avec un indonésien, j'ai payé pour nos deux repas 15,000 IDR. J'ai halluciné!
Quelques jours plus tard je suis revenue au même endroit et j'ai commandé la même chose j'ai payé 30,000 IDR pour mon SEUL repas.

Mes conseils

Si vous voulez acheter des vêtements allez dans les boutiques avec des prix affichés. Car vous ne ferez aucune affaire avec les vendeurs qui sont dehors sur les marchés, la qualité sera moindre et quitte à payer 200,000 IDR autant le payer dans une jolie boutique qui a une marque locale ou pas mais surtout qui vous vend de la qualité et pas que du rêve.

Pour les massages aller dans les SPA cozy et pas chez les masseuses qui ont des rabatteurs dans la rue et vous proposent plusieurs styles de massage alors qu'en fait elles n'en connaissent qu'un seul soit le Balinese Massage... la différence de prix est énorme certes mais au moins vous payez pour de la qualité.... et c'est propre !

Pour acheter vos fruits et légumes allez sur les marchés locaux, idéalement si vous connaissez un local faite lui faire les courses car dès que les gens vont vous voir les prix vont tripler.

Au restaurant c'est assez difficile de ne pas se faire avoir sur la quantité. Ils vous proposent des plats aux alentours de 45,000 ou 60,000 IDR, vous vous attendez à quelque chose de "gros" et en fait vous aurez 3 petits morceaux qui se battent dans l'assiette. Le coup classique, je ne compte même plus le nombre de fois où j'ai été dans cette situation. Idéalement regarder les assiettes des autres pour vous faire une idée mais c'est pas gagné, c'est un coup de quitte ou double.

Les Balinais

Sont très gentils et très respectueux, ils vous aident sans aucun problème. Mais sont relativement intraitables, s'ils ne peuvent pas faire du business avec vous ils ne vous courront pas après car ils savent pertinemment que d'autres touristes sans expérience les yeux grands ouverts devant toute la beauté de leur île seront plus faciles que vous à rouler dans la farine.

Les Femmes travaillent

En vivant en Inde on remarque que c'est un pays basé essentiellement sur le bon vouloir de l'homme et qu'en dehors de la cuisine familiale la femme y est un peu absente.

A Bali ô Joie c'est tout le contraire ! Les femmes travaillent partout, j'avais perdu l'habitude de voir des femmes dans les restaurants, et pas besoin de demander spécialement une femme pour un massage car ici les salons sont gérés essentiellement par des femmes. Il y autant de femmes dans les rues que d'hommes.

Quand j'étais à Canggu je vivais chez l'habitant et quel plaisir de voir le mari participé aux tâches ménagères autant que la femme.

Les Balinaises ont du caractère et ça c'est un côté que j'ai vraiment et que je continue d'apprécier. Il n'est pas rare de voir des balinaises conduire des grosses motos.

Les chiens à Canggu

J'adore les chiens mais alors à Canggu j'ai bien cru que j'allais mourir. Ils sont hyper territoriaux et si vous ne leur plaisez pas pour une raison qui me reste encore obscure ils vous courent après tous crocs dehors !

Ça m'est arrivée une fois que j'étais à pied et une autre fois à vélo. J'ai vu une joggeuse se faire courser par deux chiens, elle s'est mise à hurler tellement elle avait peur, j'ai aussi vu un homme incapable d'entrer dans un magasin à cause d'un chien qui l'en empêchait. Même les locaux avaient du mal à gérer leurs excès.... du coup je me suis quand même renseignée pour la rage et savoir combien de temps on avait entre la morsure et la première piqûre anti rabique (à peu près 24 heures). J'avais jamais vécu ça avant.

La circulation, les embouteillages, les trottoirs

Si vous arrivez en journée à l'aéroport de Denpasar il faudra compter entre deux heures et trois heures de route cul à cul en avançant de 100 mètres par 100 mètres.

Si vous arrivez en pleine nuit avant 5 heures du matin ça vous prendra 20 minutes pour faire Denpasar à Canggu et un gros 45 minutes pour Ubud.

Il y a du monde partout et même là où il n'y pas de place ils continuent de construire. Bientôt les risières auront disparues. 

Risières à Ubud mais vont-elles résister à la spéculation immobilière?

Les Balinais ne sont pas pauvres, il n'y a qu'à voir les voitures qui circulent, ça va des gros SUV auxquels les américains n'ont rien à envier aux dernières voitures allemandes. Moi je dis que l'économie de l'Ile ça va pas trop mal quand on a les vaches à lait que sont les touristes.

Les trottoirs à Ubud sont impraticables, à Canggu inexistants mais bon j'avais l'habitude en Inde.

Tous les jours vous trouverez ces offrandes dans les rues, ne pas marcher dessus!

A noter que la mousson est visiblement en Juillet / Août. Donc si vous voulez partir en vacances à Bali pendant ces mois et que vous aimez la pluie en continue sur plusieurs jours n'hésitez pas ! Si vous croyez que ce sera moins cher parce que c'est la mousson, la réponse est non ;-) 

Il pleut depuis 8 jours sans arrêt - Juillet 2017 aujourd'hui on a eu 4 heures sans pluie !

Les PLUS

Alors là sans hésitation la variété de la nourriture. Vous pouvez trouver de tout absolument partout, vous êtes Vegan, Raw Food, Végétarien, Carnivore, Omnivore ou Granivore vous trouverez absolument tout ce que vous voulez que ce soit à Canggu ou Ubud.

Le café balinais est l'un des meilleurs au monde, imbattable. Vous avez même des bars à café où vous pouvez goûter plusieurs sortes de café (très forts), et moi qui pourtant aime le café je n'ai pas pu tout goûter. Magnifique!

Le mobilier balinais est splendide, si j'avais assez d'argent et surtout un lieu fixe où vivre je me ferai livrer des tables, des lits, des chaises, c'est incroyable comme c'est beau.

Toutes les sculptures que l'on voit à l'entré des temples ou sur les portes sont faites à la main, ce sont des artistes.



Internet / WIFI gratuit!

Alors là je ne sais pas trop comment ça se passe en Europe mais ici vous pouvez vous coller à un café en ne commandant qu'un café crème, y passer la journée et prendre tous vos repas sur place, vous aurez accès illimité à l'internet sans problème. Personne ne vous embêtera et vous mettra à la porte si vous restez plus de trois heures.

Partout où vous allez il y a internet, que ce soit au SPA, dans tous les restaurants, dans tous les cafés, dans tous les hôtels, absolument partout. Et la connexion est super bonne.

Vous pouvez occuper une table de 4 personnes en étant seul et personne ne vous dira rien.



Conclusion

Bali c'est pas mon lieu. Je comprends que certaines personnes souhaitent s'y installer mais pouvoir le faire de manière légale en obtenant le KITAS demande un bon compte en banque ou alors un contrat de travail sur place (très rare) ou tout simplement ce que tout le monde fait des visas run. Visa à l'arrivée payant que vous renouvelez pour 30 jours donc vous pouvez rester deux mois puis voyage à Singapour ou Kuala Lempur pour deux ou trois jours et vous revenez à Bali.  Donc au final ça prend quand même un bon compte en banque ;-)

Vous pouvez aussi avoir un "Social Visa" en faisant appel à un agent qui sera valide 6 mois, ça coûte dans les environs de 100€.

Alors vous allez me dire mais de quoi elle se plaint car en fait 300,000 IDR pour un taxi si on le convertit en € ça revient à 20€, effectivement c'est un point de vue. Si vous ne restez qu'un mois c'est effectivement ce qui se passe et c'est pour cela que l'inflation envers les touristes est énorme car si vous refusez il y aura toujours un autre touriste qui acceptera sans broncher.

Je ne dis pas que c'est cauchemardesque loin de là, les paysages sont sublimes et on retrouvent les mêmes en Thaïlande et en Inde d'ailleurs, mais parfois vous sentez que vous êtes à "votre" place et puis d'autres où vous le sentez moins.


Je rentre en France le 19 juillet pour 1 mois et demi, j'aurai bien d'autres raisons de me plaindre ;-)

Bon Voyage et bonnes vacances !

- Namaste -

Lumière sur Marichyasana B

On continue la série des Marichyasana.

C'est une posture au sol en flexion avant qui nécessite une bonne ouverture de hanche et des genoux en bonne santé car la jambe qui est repliée doit être en demi-lotus posée dans le creux de l'aine. Si on n'arrive pas à faire le lotus on fera alors une variation :

Marichyasana B, Variation - Crédit Photo : TheSecretsofYoga.com
Ici la jambe droite est repliée et le talon aligné avec l'ischion gauche. Le talon gauche va se trouver au niveau de la cheville droite.

Puisque la photo montre que c'est la jambe droite qui est repliée on peut supposer que le côté droit a déjà été fait. En règle générale quand on pratique on commence toujours par le côté droit, pour étirer le côté droit dans Marichyasana B on commencera toujours par replier la jambe gauche.

Idéalement les épaules devraient être alignées, ici j'aurai tendance à corriger l'étudiant en baissant l'épaule droite vers le sol, ce qui probablement aura pour effet de lui faire lâcher les mains. Dans ce cas on peut utiliser une sangle au lieu de vouloir attraper les mains.

Marichyasana B - Version complète

Marichyasana B - BKS Iyengar
La jambe gauche est pliée, le pied gauche est placé dans le creux de l'aine droite, le talon idéalement placé sous le nombril.

Pour entrer dans la posture on ramène en premier la jambe gauche sur le haut de la cuisse droite.

Marichyasana B - David Swenson

Il y a une énorme différence si ce mouvement est fait avec l'aide vos mains, c'est-à-dire vous commencez par attraper la cheville gauche avec vos mains et vous la placez  directement sur le haut de la cuisse droite ou bien vous essayez de travailler plus en profondeur avec les muscles fléchisseurs des hanches et vous ramenez sans l'aide de vos mains le pied gauche le plus haut possible. Ce petit détail peut sembler insignifiant mais change complètement la pratique.

Après bien sûre vous pouvez terminer le mouvement et placer la cheville plus haute mais initier votre mouvement en utilisant votre centre (bandha) plutôt que d'assister votre mouvement fera vraiment une différence.

Une fois votre pied placé vous pliez la jambe droite et placer le talon droit idéalement au niveau de l'ischion droit, les orteils alignés avec les talons. En faisant ce mouvement pour permettre à votre genou gauche de descendre sur le sol il vous faudra décoller la fesse droite du sol, et ramener votre bassin face.

Pour vous permettre d'allonger le torse vers l'avant il y aura une action des bras qui poussent vers l'arrière, les omoplates descendant le long de la colonne vertébrale pour aller se loger idéalement vers le serratus intérieur.

Si c'est la jambe gauche repliée ce sera la main gauche qui attrape le poignet droit (ou qui attrape les doigts).

On peut ensuite, si flexibilité des hanches et du bas du dos il y a, placer le menton sur le haut du genou gauche ou au sol si le genou gauche est plus en ouverture sur le côté. Tout dépendra de la morphologie de la personne. La chose à garder en tête est de bien garder les épaules sur une même ligne.

Il se peut que le genou ne touche pas le sol, dans ce cas on évitera de le pousser. Si le genou touche le sol vous pouvez l'utiliser comme ancrage pour allonger plus en avant le haut du corps avec l'action des bras qui tirent en arrière.

Le pied qui est placé sous le nombril procure un massage aux organes internes et plus particulièrement sur la région basse des intestins, le colon descendant. C'est une posture qui facilite le transit intestinal et aide à l'élimination des gaz intestinaux.

Elle prévient les douleurs menstruelles mais il faudra éviter de la faire pendant les règles. Si vous êtes menstruée il est préférable de rester le dos droit.

Le dristhi est le bout du nez ou le 3ème oeil en fonction de votre pratique.

Marichyasana B.... avec un Twist??

J'ai trouvé cette photo sur internet et je ne la comprends pas :


Elle illustre un article qui vante les bienfaits de cette posture pour le dos. Dans l'article de Doyouyoga.com il est dit : "pour garder votre dos en pleine forme vous devez continuer d'allonger en même temps que votre torse tourne".... je veux bien mais cette posture est une flexion avant sans "twist" et quitte à prodiguer des conseils pour le dos ils auraient du savoir qu'il y a Marichyasana C qui est un "twist", donc pourquoi vouloir le faire pour la version "B" quand les deux autres versions "C" et "D" font partie des rotations de cage thoracique ça ne fait aucun sens (avis très personnel).

Par ailleurs et excuser moi d'être un peu psycho rigide mais quitte à montrer Marichyasana B de cette manière autant l'interpréter comme étant une "variation" et non la posture finale.

En plus je ne suis pas certaine que pour la bonne santé  du genou gauche il soit effectivement conseillé d'avoir le pied en rotation externe pendant que votre torse souhaite aller dans l'autre direction.

Bonne pratique !

- Namaste -

Saturday, July 8, 2017

Faire une posture quand le corps n'est pas prêt.....

Aujourd'hui je voulais préparer mon article sur Marichyasana B quand je suis tombée sur une vidéo publiée sur Facebook de Yoga International.

Le titre accrocheur est "Inversions! You can do it"!

Avant toute chose veuillez noter que je ne prends pas du tout en considération l'aspect physique de la personne qui enseigne et que j'ai laissé un commentaire sur Facebook qui exprime mon point de vue.

Voici la vidéo en question :


Pourquoi je trouve que cette vidéo n'est pas bonne?

Il y a deux choses. 

Premièrement la professeur pour rentrer dans cette posture lance les jambes contre le mur.

Le fait de lancer les jambes contre le mur pour faire une inversion montre tout simplement que la structure n'est pas bonne. Il n' y a aucun contrôle dans le mouvement et aucune utilisation des abdominaux, ce qui se confirme lorsqu'elle repose les pieds au sol la gravité faisant le travail pour elle.

Ensuite lorsqu'elle décolle les pieds du mur pour trouver son équilibre elle n'est pas stable car les muscles du bassin ne sont pas engagés et se balance à droite ou à gauche.

Deuxième chose : si vous écoutez bien une fois que les jambes sont en l'air elle dit "Je n'ai pas beaucoup de poids sur la tête" je cite : "I don't have a lot of weight on my head", sous entendu qu'il y a quand même du poids sur la tête malgré les bloques....

Il y avait une bonne intention dans cette vidéo qui était de passer au-dessus de ses peurs pour faire une inversion, j'approuve parfaitement l'intention en revanche vouloir faire une inversion lorsque musculairement le corps n'est pas prêt c'est un peu comme vouloir faire à tout prix le grand écart lorsque l'on est complètement raide.

Il aurait fallu qu'elle montre d'abord comment contrôler la montée avec ou sans mur, avec ou sans brique, ici elle vous montre simplement que si vous "swinguez" vos jambes en l'air vous allez y arriver, ce qui est effectivement le cas mais dans quel but?

Ce genre de vidéo peut induire en erreur les pratiquants débutants car ils se disent qu'au fond faire un équilibre sur la tête ce n'est pas si compliqué que ça avec un mur et des briques.... d'autant plus qu'elle commence la vidéo en disant "que ceux et celles qui ont des blessures au cou et aux épaules peuvent quand même pratiquer en utilisant des bloques" - je cite : "... so for those of us with shoulders injuries, neck injuries and just basically if you fear of going upside down, we're gonna try with these blocks".....

Avec cette vidéo on peut en conclure : j'ai une tendinite à l'épaule et une blessure aux cervicales, je n'ai pas vraiment d'abdominaux et je ne tiens pas longtemps mes postures mais vous savez-quoi je peux faire une inversion sans problème en utilisant des bloques et en lançant mes jambes contre le mur, facile!

Yoga International est suivi par plus d'un million de personnes sur Facebook.... 

Friday, July 7, 2017

Lumière sur la Série Marichyasana - Marichyasana A

Il y a 8 asanas dans la série de Marichyasana (A, B, C, D, E, F, G, H).

Cet asana est dédié au Sage Marichi aussi connu sous le nom de Rishi Marichi, fils de Brahma. Marichi ferait partie de la constellation de la Grande Ours, il est très vénéré dans l'Hindouisme et représente la force, la sagesse et la création.

Il a pourtant l'air sympa - Crédit photo : Wikipedia

Une légende circule sur ce grand sage qui n'est pourtant pas en sa faveur, et qui représente à mon sens toute la complexité d'un pays comme l'Inde où le mâle est plus que dominant.

Selon la petite histoire un jour où le Sage Marichi revenait d'une promenade en forêt pour y chercher du bois et des fleurs il a demandé à sa femme Dharmavatra de lui laver les pieds (je ne commenterai pas). Pendant que sa (très dévouée) femme s'exécutait, Brahma (son beau père) est entré. Il faut savoir qu'en Inde le respect pour les beaux parents est au-dessus de tout ce que l'on peut imaginer, surtout quand on est la belle-fille..... 

Dharmavatra ne savait plus quoi faire, devait-elle s'occuper de son beau-père ou devait-elle continuer de laver sagement les pieds de son époux? Grosse question me direz-vous.... elle a pris un risque (probablement la seule et unique décision de toute sa vie), et a décidé d'accueillir son beau-père et de remettre à plus tard le lavage de pieds de Marichi..... bien mal lui en pris !

Ce grand "sage" Marichi est entré dans une colère noire et a tout simplement transformé sa femme en pierre. Les pouvoirs de Marichi étaient tellement puissants que son père Brahma n'a pu inverser le sort. Même Vishnu a été impuissant quand la mère de Dharmavatra est venue pour le supplier. En revanche (à titre de consolation si je puis dire) Vishnu a vénéré la pierre (la belle affaire) et elle aurait maintenant des pouvoirs sacrés. Il est raconté que l'on peut voir cette pierre a Gaya dans le Bihar.

Morale de l'histoire : Sage Marichi aurait du pratiquer Nadi Shodana pour équilibrer ses nadis et accessoirement gérer ses colères.... 

Marichyasana A

Marichyasana A - BKS Iyengar
C'est une posture au sol, flexion avant. Dristhi "nasagrae" (le nez) ou Angustamadhye (le gros orteil). J'aurai tendance à proposer un dristhi sur le gros orteil si le dos est trop arrondi, c'est ce que je fais dans mes pratiques car mon haut du dos est un peu sujet à une pronation.

Cette posture travaille la souplesse des épaules. Si la jambe droite est allongée au sol c'est le bras gauche qui part s'enrouler autour du genou gauche. Le poignet droit est donc attrapé par la main gauche. Lorsque l'on fait ce mouvement le bras droit s'ouvre sur le côté et il y a une rotation interne de l'humérus.

Lorsque la main gauche attrape le poignet (ou les doigts en fonction de la souplesse des épaules) il tire les mains vers l'arrière pendant que le torse s'allonge vers l'avant.

Le placement du pied gauche au sol dépend de l'enseignant. Sharat m'a un jour corrigé en me demandant de placer mon pied gauche à environ un poing de distance de l'intérieur de ma cuisse droite, alors que David Swenson me l'a corrigé en me demandant de ramener le pied gauche plus collé vers l'intérieur du haut de ma cuisse droite.... Mark Robberds et Iain Grysak laissent faire les deux donc j'en conclus qu'il n'y a pas de position idéale et parfaite du pied au sol.

La seule chose sur laquelle tout le monde s'entend c'est que le bras gauche qui enlace le genou gauche doit être placé en-dessous du genou vers le haut du tibia.

Le pied au sol a une action, il pousse contre le sol, il n'est pas juste "poser". Le fait de presser le pied au sol aide à allonger le torse vers l'avant pendant que l'aisselle gauche presse contre le haut du tibia pour aider à allonger le haut du corps.

La jambe droite allongée au sol a aussi une action, il faut garder le fémur dans l'articulation de la hanche pour garder le bassin le plus droit possible.

Est-ce que la fesse gauche se décolle du sol ? Quand on regarde la photo de BKS Iyengar on peut voir que les deux os du bassin sont bien ancrés dans le sol. Le fait de garder les deux hanches bien stables sur le sol permet un meilleur ancrage de la posture pour faciliter l'allongement du haut du corps.

Cas numéro 1 - Compenser pour attraper....

J'aurai tendance à corriger la posture si je vois un étudiant ainsi :



Tout d'abord on peut voir que la rotation du torse n'est pas bonne, les épaules ne sont pas face, ici on peut voir clairement que le but était d'attraper la main droite à tout prix au détriment de la souplesse du haut du corps et par conséquent des épaules. Donc il y a compensation, la fesse gauche est complètement décollée du sol pour raccourcir l'espace afin de pouvoir attraper le poignet....
Si vous ajustez cette étudiante simplement en ramenant son torse aligné vers la jambe du sol vous avez 100% de chance que la main gauche n'attrape plus le poignet.

Cas numéro 2 - flexibilité de la cheville et des ouvertures de hanche


Ici on peut voir que la fesse gauche est effectivement décollée du sol, en revanche si on regarde l'angle du genou versus l'angle de la cheville on peut remarquer que cette pratiquante a une très grand flexibilité au niveau des hanches et une bonne souplesse de la cheville, son talon est parfaitement ancré au sol et pousse contre le sol, il n'y a pas de poids sur les orteils. C'est un autre façon d'explorer cet asana et de le travailler en profondeur. 

Cas numéro 3 - Marichyasana alignement Iyengar©


Ici on peut parier que ce pratiquant pratique ou a pratiqué l'Iyengar© Yoga. Comment le savoir ? Le pied au sol placé à l'extérieur et en ouverture. Dans les flexions avant on a tendance à fermer les hanches, en plaçant le pied vers l'extérieur on travaille plus facilement en ouverture.

Puisque que le pied est placé sur le côté cela nécessite aussi une plus grande flexibilité et souplesse des épaules. Dans ce cas le travail du bassin est aussi plus important puisque la fesse au sol ne se décollera pas, au contraire on la pressera contre le sol pour permettre l'allongement en avant.

***

Il est important de ne pas être rigide dans notre enseignement et dans notre pratique. Il est aussi important de pouvoir traduire le corps que nous avons en face de nous lorsque nous enseignons. Il faut pouvoir faire la différence entre une personne qui "performe" un asana en le compromettant pour arriver à attraper, enrouler, toucher et une autre qui a le contrôle nécessaire et peut se permettre de travailler une posture différemment pour en explorer d'autres bienfaits. 

Bonne pratique !


- Namaste -

Tuesday, July 4, 2017

Les petits "bobos" yogics - glamour quand tu nous tiens....

Pratiquer quotidiennement des asanas est une discipline qui n'a rien à envier à celle des athlètes. Sauf que peut être on travaille un peu moins dans la douleur, enfin presque ;-)

Le corps doit s'adapter et pas seulement au niveau de la souplesse. On va développer ce que j'appelle des "bobos pas glam"....

De la corne sur les mains

Ma main ;-) Crédit photo : Moi!

A la force de pratiquer les sauts en Vinyasa à partir de Adho Mukha ma peau se défend et sans doute par les frottements quotidiens du tapis une jolie corne se développe. Je la retire avec de l'eau citronnée et une pierre ponce mais je ne le fais pas tous les jours car je me dis que si mon corps l'a mise là c'est certainement pour une bonne raison ;-) 

De la même manière à la force de marcher en tongs je n'ai plus de corne aux pieds et quand je remets des chaussures fermées je souffre.

De la corne au niveau du sacrum

Non je ne prendrai pas de photo.

Alors effectivement on peut se retrouver avec de la corne sur le sacrum qui ressemble plus à de la peau qui pèle, pour ça je mets de la vaseline après chaque douche et ça part très facilement. J'ai remarqué que c'était en partie du aux fabricants qui collent leurs étiquettes à l'intérieur des pantalons et que l'on ne peut pas retirer au risque de faire un trou dans la couture..... ou alors il faut recoudre derrière et je ne suis pas bonne avec ça.

Aussi on pourra noter une légère coloration de la peau, la région du sacrum et des fesses sera un peu plus foncée, probablement du aux frottements du pantalon. Et ça j'avoue que ce n'est pas glam du tout.

Une coloration au niveau des sit bone ou ischions (Merci Vanessa pour la traduction).

On peut remercier Navasana, Ubhaya Padanghustasana, Urdhva Mukha Paschimottanasana et toutes les postures en équilibre sur les sit bone / sacrum.

Urdhva Mukha Paschimottanasana - Crédit photo : Jack Cuneo Yoga

Coloration de la peau au niveau de la 7ème cervicale, 1ère Thoracique

Et aussi pelage de peau. Du à Sarvangasana, Halasana et tout ce qui fait partie des asanas qui terminent la pratique.

Halasana - Crédit photo : Kino MacGregor

Bleus derrière les triceps

Au début de l'apprentissage quand on apprend à passer directement de Adho Mukha Svanasana à Bakasana les bleus sont garantis.

Aussi toutes les postures déviées de Bakasana, Kakasana, Parshva Bakasana etc.

Parshva Bakasana - BKS Iyengar

La pression des genoux contre l'arrière du tricep n'est pas étrangère à ces marques. Beaucoup plus difficile quand on les pratique sur une peau dénudée car les jambes glissent d'où l'usage primordial des Bandhas (ou tout simplement des abdominaux).

Le "bindi" de Setu Bandhasana" (nom de baptême donné par Mark Robberds)

Celui là est mon préféré. Au mois de mars quand j'étais en Thaïlande je me suis rendue compte que j'avais des pellicules dans les cheveux, pas possible je n'en n'ai jamais eue de ma vie, j'ai pensé que c'était l'eau qui n'était pas bonne et qui séchait mon crâne chevelu.... puis en me penchant plus en avant vers le miroir j'ai vu un bout de peau qui pelait qui commençait du milieu du front jusqu'au sommet du crâne !

J'en ai conclu que j'avais du me prendre un coup de soleil.

En fait c'est revenu tous les mois ! Et là j'ai fait la connexion avec Setu Bandhasana....

Setu Bandhasana - Crédit Photo : Yogaweb.com
Comme on pousse avec les pieds et que l'on roule littéralement sur la tête pour ramener le haut du front sur le tapis, le frottement de la peau sur le tapis irrite la peau qui se défend en formant une petite couche qui va finir par peler.

Pendant l'atelier avec Mark Robberds j'ai posé la question de savoir si j'étais la seule à avoir ce genre de marques sur le corps et il m'a sourit en disant que non, c'était les marques de l'Ashtanga (ou de toute autre pratique régulière).

Conseils pour une pratique tranquille

Se couper les ongles de pieds et de mains, ne pas arriver avec une manucure aux ongles longs pour risque de griffure pendant certains asanas particulièrement quand on doit attraper la main ou le poignet lors de torsion, et aussi le passage de Chaturanga Dandasana à Urdhva Mukha où l'on risque de se retourner un ongle s'ils sont trop longs. Ceci dit je n'ai jamais rencontré de pratiquants avec des ongles longs ce qui s'explique parfaitement.

S'attacher les cheveux, la meilleure coiffure est le style "Princesse Leila".

RIP Carrie Fisher

Pourquoi? Parce qu'on n'a pas besoin de réajuster les cheveux dès le moment où l'on passe sur le dos, pratique pour faire setu bandhasana on ne s'arrache pas les cheveux, parfaite pour les Chakrasanas (les vinyasas en arrière), idéal pour Shirshasana.

En revanche ça bloque un peu le mouvement de la tête dans Supta Padanghustasana B (quand on tourne la tête) mais parfaitement gérable.

Bijoux ou pas bijoux ?

Vous avez vu sur IG une magnifique photo de votre prof préféré(e) qui fait une posture de dingue avec son mala autour du cou et des milliards de bracelets indiens, bouddhistes, tibétains en bois de rose, en pierres qui canalisent, apaisent et ouvrent les chakras (oui tout ça en même temps), les chevilles ornées de bijoux qui partent des orteils et qui subliment la cheville.....

Bref.... essayez de pratiquer avec tout ça et je peux vous garantir que ça ne va pas être facile du tout, entre les bijoux de chevilles qui vous feront mal pendant que vous prendrez la pose du lotus car ils s'imprimeront dans votre peau, le mala trop long qui vous rentrera dans le nez pendant Adho Mukha Svanasana, les bracelets qui se briseront au passage des bras entre les jambes dans bhujapidasana, trop de choses à gérer alors faisons simple. Pas de bijoux pendant la pratique.

D'autres suggestions ou petits bobos yogiques que j'aurai oubliés ? N'hésitez pas à m'en faire part !

Bonne journée,
- Namaste -

Monday, July 3, 2017

Lumière sur Prasarita Padottanasana

Prasarita : Étirer, Large
Pada : Pied
Utanna : Étirement intense
Asana : posture

Cet asana se décline en plusieurs versions A, B, C, D ainsi qu'un twist "Parvrittra Prasarita Padottanasana".

J'ai rencontré un professeur de Yoga il y a de cela quelques temps, qui sous prétexte que cette posture voulait dire "étirer" dans le sens où les pieds doivent être écartés au-delà de la largeur des hanches, pratiquait et enseignait cette posture tel un Jean-Claude Vandamne.... quand je lui ai demandé pourquoi il m'a répondu "bien la tête doit toucher le sol non?"...... dans la famille coquille vide je demande le fils.....

Prasarita Padottanasana A

Prasaritta Padotanasana A - BKS Iyengar

Si la tête touche le sol facilement et que le dos est bien droit on raccourcit l'écart entre les jambes.

Prasarita Padotanasana A
Et voici une posture comme étant répertoriée "jolie femme faisant du yoga"....

Ici clairement il n'y a que la gravité qui fait le travail......

La photo juste au-dessus est ce que je définis comme étant le Jean-Claude Vandamne du Prasaritta (si vous ne connaissez pas JCV faites une recherche google pour comprendre). Sans forcément avoir des connaissances anatomiques ont peut voir que le dos est rond, les bras à l'extérieur alors qu'ils devraient être alignés avec les pieds, la tête qui touche le sol (j'ai envie dire félicitation) et les genoux en légère pronation. Le but étant clairement de vouloir toucher la tête au sol sans comprendre exactement comment faire la posture. Je ne recommande pas de la pratiquer ainsi et encore moins de l'enseigner ainsi. Si vous voyez votre étudiant dans cette posture la première chose à lui dire serait de rapprocher les pieds.

Il y a plusieurs directions dans cette posture:

1. Les mains poussent contre le sol
2. Les coudes se rapprochent par l'action des omoplates qui descendent le long de la colonne pour aller se positionner vers le Serratus Anterior. Ceci pour stabiliser les omoplates et éloigner les épaules des oreilles.

Serratus Anterior

3. Les pieds ont une action de vouloir "aspirer le sol" ou se rapprocher ceci pour activer les muscles de l'intérieur des cuisses.
4. Le bassin va être en anté version pour monter les "sit bone" vers le plafond (aucune idée de comment traduire ce terme alors je mets une photo).

Sit bone
5. Les Quadriceps font une rotation interne des fémurs. On évitera les genoux trop en dedans.
6. Le poids du corps n'est pas complètement en avant ni trop en arrière, sur le milieu des pieds idéalement.

Il est bien évident que l'on peut plier les genoux, ajouter des briques pour les mains au sol et que si hernie discale il y a cette posture n'est pas conseillée.

Prasaritta Padottanasana B


Les mains sont à la taille pour favoriser une ouverture d'épaule utile pour passer à Prasarita Padotanasana C.

Prasarita Padottanasana C

Prasarita Padottanasana C - Crédit photo Dutchsmilingyogi.com

J'ai choisi cette photo pour éviter de montrer la posture finale avec les mains qui touchent le sol, cela prend une très grande flexibilité au niveau des épaules car il faut pouvoir faire tourner la tête de l'humérus sans pour autant monter les épaules vers les oreilles.

Cette posture est idéale pour ouvrir le haut du corps et assouplir les épaules.

Aussi si vous regardez attentivement son bassin n'est pas droit.

Prasarita Padottanasana D

Prasarita Padottanasana D - Crédit photo Ashtangayoga.info.com

Dans cette posture on attrape les gros orteils. Les pousses des mains ne touchent pas le sol. Les aisselles sont face aux cuisses ou aux genoux en fonction de la flexibilité de la personne. Les coudes sont sur une même ligne, omoplates descendues le long de la colonne vertébrale, bassin en légère anté version pour monter les sit bones vers le plafond.

Ce qui donne l'alignement et l'allongement du haut du corps est entre autre l'action provoquée par l'index et le majeur qui attrapent les gros orteils.

Parvritta Prasarita Padottanasana


Si vous voyez votre étudiant dans cette posture, il faudra d'abord lui replacer la main au sol juste en-dessous du nez avant d'envisager la torsion.
La rotation doit venir des côtes et non pas du bassin...

Voilà tout ce qu'il ne faut pas faire.......

Parvritta Prasarita Padotanasana - bonne posture !

Parvritta Prasarita Padotanasana est une très bonne préparation pour toutes les postures au sol avec un "twist".

La main au sol aura une action, elle sera l'ancrage pour faciliter la rotation de la cage thoracique. Les deux bras idéalement se trouvent sur une même ligne, la main au sol pousse contre pendant que le bras vers le ciel s'étire tout en gardant la connexion de l'omoplate le long de la colonne vertébrale.

***

Le but de Prasarita Padottanasana est d'ouvrir les hanches et le haut du corps. Lorsque les mains sont au sol il y a aussi une activation des bras provoquée par les mains qui poussent contre le sol. On peut aussi directement monter en équilibre sur les mains à partir de Prasarita Padotanasana à condition de pouvoir contrôler la descente.

Lorsque vous enseignez les versions A, B, C, D il faut faire attention car cela peut provoquer des chutes de tension du au fait que la tête se retrouve une fois en bas puis en haut puis en bas et ainsi de suite. Il faut les enseigner lentement et prendre le temps de bien compter les respirations. En Ashtanga Yoga on ne reste que 5 respirations pour les A, B, C, D. Si vous les enseignez en Hatha Yoga la respiration sera entre 9 et 12 respirations, de ce fait il est préférable de n'en choisir que deux en fonction de votre cours.

Bonne pratique !

- Namaste -