Saturday, August 19, 2017

La comparaison......

Aujourd'hui Kino MacGregor est à Paris, dans un des Studios MicaDanses pour tout le weekend. Ce matin en arrivant au studio la rue était pleine d'Ashtangis avec leur tapis de yoga. 

En parallèle je rejoignais notre formation de Yoga à Paris dans la salle d'à côté.

J'ai eu un moment "Kino est à côté"...... dois-je me précipiter dans la rue pour faire un selfie avec elle? Moi aussi je suis prof de yoga mais qui je suis à côté de la Grande Kino?

Puis j'ai levé la tête et j'ai regardé les étudiants. C'est la fin de la troisième semaine, ils finalisent et peaufinent leur module qu'ils enseigneront à tour de rôle la semaine prochaine.

Formation Vinyasa Yoga Paris Août 2017 - Samyak Yoga France

Et j'ai pensé que tout était à sa place. Je ne suis pas Kino MacGregor. Je n'ai pas ses capacités, son savoir, sa flexibilité, son expérience.

Je suis moi.

Je rencontre des gens merveilleux que je vois évoluer au fil des semaines. Des pratiquants qui ne croyaient pas en eux, qui pensaient ne jamais pouvoir enseigner, jamais ils ne pourraient se plier dans telle ou telle posture, jamais ils ne pourraient prendre la parole devant une audience.

Aujourd'hui je vois des sourires et des visages épanouis.

Je connais les critiques, à tout niveau je les ai subies, "les formations de 200 heures c'est n'importe quoi, on ne forme pas les gens au yoga sur un mois", "elle n'a pas le niveau, moi aussi je peux le faire aussi bien qu'elle", "elle ne connaît pas son sujet", "on ne voit jamais des photos de sa pratique sur internet", "pour qui elle se prend" etc...

J'ai effectivement pensé que je n'avais pas ma place dans le monde du Yoga, je ne serai jamais une Asthangi confirmée, je n'obtiendrai jamais "l'autorisation du Shala", j'ai peur dans les positions en équilibre sur les mains, je ne peux pas enseigner des postures en-dehors de ma portée. 

Je me suis autorisée 7 mois juste pour moi, pourquoi vouloir enseigner dans ces conditions? Je suis partie pratiquer avec Iain Grysak, David  Swenson, Mark Robberds, Deepika Mehta. Je me suis nourrie d'eux, mon corps m'a un peu lâché au passage mais j'ai pu réadapter mes pratiques et évoluer différemment.

J'ai rencontré des Ashtangis confirmés dans leur pratique et qui tentaient de reproduire une pâle copie de l'enseignement de Sharat en se trompant dans les comptes. J'ai décidé de ne pas faire cette erreur, si je dois enseigner l'Ashtanga je le ferai une fois que mon comptage de Vinyasa sera assimilé et non pas en voulant imiter qui que ce soit.

J'ai eu des conversations avec des pratiquants incroyables qui pourtant n'avaient pas confiance en eux et se cherchaient.

Des échanges avec une femme de 60 ans qui en paraît 20 de moins (sans chirurgie!) et qui avait atteint un tel niveau de plénitude et de compréhension de l'être humain que j'en suis restée émue pendant plusieurs jours.

Puis je suis revenue sur le chemin de l'enseignement. Avec mes peurs et mes doutes. Pour ajouter à la difficulté la formation à Paris que je devais faire avec Arvind allait avoir lieu sans lui car son visa lui avait été finalement refusé.

Je me suis retrouvée avec 20 aspirants yogiques devant moi, seule. Avais-je vraiment deux choix? Paniquer ou foncer? Je n'y ai pas pensé, il était temps pour moi de m'exprimer. Après quatre années dans l'ombre c'était le moment pour moi d'éclore.

Je me suis dis sois honnête avec toi même, enseigne avec le cœur et fais toi confiance.

Et j'ai réalisé que j'avais une mine d'or d'informations qui ne souhaitait qu'être partagée sans limite. Ce qui marche pour moi peut très bien marcher pour les autres, rendre les choses et les sujet accessibles de la manière la plus agréable possible sans se positionner comme un "gourou" qui sait tout. Je me suis rendue compte au fil des jours que je connaissais mon sujet bien plus que je ne l'aurai imaginé.

J'ai aussi réalisé un autre rêve, il y avait deux professeurs et amies Muriel et Carolina avec qui je voulais travailler depuis pas mal du temps. La chance et la destinée furent avec moi. Elles étaient disponible en plein mois d'août et acceptaient de venir enseigner la philosophie et l'anatomie.

Muriel Adri - Muses Yoga

Carolina Sendic - Pilates Carolina Sendic

Tout ça est arrivé à un moment de ma vie où j'avais besoin de changement, je ne savais plus quel virage prendre, je ne savais plus où aller, j'avais perdu le goût et l'envie d'enseigner.

Ce que je pensais être insurmontable a été en fait une suite logique de ma démarche des 7 derniers mois, un aboutissement.

Oui Kino enseigne à côté, non je ne suis pas Kino et je ne souhaite pas le devenir non plus. Est-ce que j'ai autant le droit d'enseigner le Yoga que Kino qui a une expérience bien plus large que la mienne? Fondamentalement je pense que oui.

Je lève la tête de mon écran et je vois 20 yogis devant moi qui préparent et s'enseignent mutuellement leur module, je vois leur visage et leur sourire, je vois leur corps délié et la confiance grandir en eux. Je les trouve beaux. 

C'est bien plus qu'une histoire d'argent, c'est une aventure humaine. Je me dis qu'à chaque fois qu'ils enseigneront ils auront peut être une petite pensée pour cette formation tout comme lorsque j'enseigne j'entends les conseils de Iain Grysak ou Mark Robberds dans ma tête.

La comparaison est quelque chose de destructeur, on compare la taille de ses cuisses avec celles que l'on voit affichée dans les magasines, on se juge en pensant que les autres connaissent plus de choses que nous, on se met des barrières car on a peur de se faire confiance, on s'imagine tout le temps qu'un être suprême à une meilleure réponse à nous donner que celle que l'on croit connaître.

Alors que non, la réponse est en nous depuis le début de notre existence. On sait et connaît bien plus de choses que l'on pourrait croire, il suffit pourtant de s'écouter et surtout de se faire confiance, de s'aimer et d'apprendre à se connaître, d'entretenir une relation amoureuse avec nous même, de nous respecter et de s'accepter. 

Toutes les critiques que l'on peut recevoir ne sont que le reflet des pensées des personne qui les distillent, au lieu de se sentir acculé contre un mur on devrait les utiliser pour nous permettre d'avancer sans se retourner.

Je suis maintenant sereine et prête à me lancer dans mon nouveau projet.

Merci Muriel Adri (Muses Yoga) et Carolina Sendic (Carolina Pilates).

Merci Karine, Julie, Alice, Isabelle, Marion, Christelle N., Scarlet, Ahmid, Claire, Sarah, Nancy, Sophie, Christelle D., Christine, Pauline, Alexandra, Cécile, Maud, Vanessa et Véronique.

- Namaste -
Post a Comment