Aparigraha ou le Détachement (Yoga-Sutras Patanjali)

Les Sutras de Patanjali peuvent être traduites comme étant les "Lignes du Yoga".

Patanjali


Les Yoga-Sutras de Patanjali codifient l'enseignement d'une pratique traditionnelle plusieurs fois millénaire. Grâce à la concentration mentale, le Yoga ouvre une voie de libération qui implique une rupture fondamentale entre l'âme individulle et le monde de la matière (Yoga-Sutras, Patanjali aux éditions Albin Michel / Traduction du sanskrit et commentaires par Françoise Mazet).

Aparigraha fait partie des Yamas.

II.30 Ahimsa-satya-astéya-brahmacharya-aparigraha yamah
"Les Yamas sont la non-violence, la vérité, le désintéressement, la modération, le refus des possessions inutiles."

II.39 Aparigraha-sthairyé janma kathamta-sambodhah
"Celui qui se désintéresse de l'acquisition de biens inutiles connaît la signification de la vie".

La vie est mouvement. Tout change à chaque instant. Il est vain de s'attacher à l'impermanent en espérant le voir durer, et seule l'absence d'avidité permet d'être dans le fil de la vie, d'en connaître le sens.

Ce que nous explique Patanjali est le "détachement".

Rapport aux objets :

Qui n'a jamais gardé une robe, un pantalon, une paire de chaussures, peut être porté deux fois depuis la date d'achat ?

Qui n'accumule pas des petits objets dont nous n'avons absolument pas l'usage ?

Rapport aux autres :

Qui n'a jamais ressenti de la peine en quittant un être cher sur le quai d'une gare, d'un aéroport ?

Qui n'a jamais ressenti un vide en quittant des gens rencontrés pendant des vacances ou autres et avec qui vous avez vécu une expérience formidable ?

Qui n'a jamais eu peur de quitter son emploi et tous les petits avantages qui vont avec ?

Qui n'a jamais eu peur de déménager et de laisser  son lieu de vie à quelqu'un d'autre car des souvenirs s'y rattachent ?

Bref la liste est longue et non exhaustive.

Le détachement est la chose la plus difficile à faire. Je crois que c'est Antoine de Saint Exupéry qui a dit un jour "La liberté c'est de n'avoir personne qui vous attend chez vous".

Pour beaucoup d'entre nous cette définition se rapproche plus de la solitude que de la liberté. Et pourtant.....

En début d'année je me rappelle avoir eu une conversation avec Trupta durant laquelle il m'avait dit "si tu pars en Inde tu vas perdre tout tes étudiants en France, réfléchis bien à ça" et je lui avais répondu "je n'ai pas choisi ce métier pour devenir esclave de mes étudiants".

Hier nous avons eu une autre conversation durant laquelle je lui disais "Aujourd'hui mes étudiants ont commencé à comprendre que mes cours se terminaient le 25 septembre, et que je ne serai sans doute plus de retour en Studio avant longtemps, peut être jamais.... et leurs réactions m'ont touchée".... blanc au téléphone, j'enchaîne en disant "Okay so you don't care about it"..... et Trupta m'a finalement répondu "C'est vrai que c'est un tournant pour tout le monde et il faut savoir se détacher pour se concrétiser".....

Parfois n'avez-vous jamais fait le vide dans vos placards, dans vos tiroirs, jeter tout ce qui vous était inutile? Et après ne vous êtes vous pas senti "mieux"?? Plus léger, plus libre..... sans doute plus d'espace dans vos armoires pour vous racheter des jolies choses ;-) (ceci est un réflexe purement féminin)...

Etre détaché ne veut pas dire que l'on est égoïste, mais plus libre. Si vous pouvez continuer d'avancer sans vous encomber de choses inutiles, de vivre le moment présent, de profiter de chaque instant, de chaque personne que vous rencontrez, à mon humble avis c'est à ce moment précis que vous devenez libre.

C'est très facile à dire, très facile à penser mais plus difficile à appliquer.  Mais ce n'est pas impossible....
 - Namaste -
Post a Comment